Surprise pour la responsable d’une bijouterie du centre commercial de Blagnac, mardi. Un homme s’est présenté et a expliqué être l’auteur d’un vol de bijoux. Ce vendredi après-midi, ce voleur “qui assume” a été jugé par le tribunal correctionnel de Toulouse.

« C’est une manière un peu particulière car vous vous dénoncez auprès de la victime », s’étonne le président du tribunal correctionnel de Toulouse, ce vendredi. Mardi, Rida, un petit homme âgé de 34 ans, s’est présenté à la bijouterie 18K dans le centre commercial de Blagnac pour leur indiquer les avoir volés le 9 janvier dernier. Butin de ce vol ? Un plateau de 22 bagues pour une valeur totale de 12 145 € !

Un peu surprise, la commerçante a alerté la police et la brigade anticriminalité est venue arrêter le suspect. « Cette procédure est atypique par la manière dont il est confondu et par sa personnalité, reconnaît la procureure. S’il ne se présente pas, peut-être n’aurait-il jamais été retrouvé. » 

“C’est ma conscience personnelle”

À la barre, l’homme reconnaît sans sourcilier et émet même des remords : « C’est ma conscience personnelle. Je commençais à me réinsérer, mais le passé allait me rattraper. C’est un besoin à un moment donné, mais après j’ai une conscience. J’ai fait le bon choix, aujourd’hui j’assume la responsabilité de mes actes. J’avais le choix de la récidive ou de me dénoncer. Je sais que ce n’est pas commun ». La procureure partage un sentiment : « Il est presque content de venir s’expliquer devant cette juridiction ». Elle requiert une peine de 6 mois de prison dont 3 mois assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve pendant 2 ans. 

Le président interroge le prévenu sur son avenir : « Comment vous voyez l’avenir si vous n’avez plus de casseroles judiciaires ? ». Très bavard, Rida explique : « Je veux finaliser mon permis poids lourd. Je veux un meilleur environnement. J’ai des ambitions, j’ai envie de faire autre chose de mes 10 doigts que de voler. J’ai déjà passé une décennie en détention ». Son avocate, Me Delphine Reynaud-Eymard, l’affirme : « Il a eu l’intention de mettre les compteurs à zéro. Il est rare que nos clients nous aident autant dans leur défense ». 

Le tribunal le condamne à 6 mois de prison dont 3 mois assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve pendant 18 mois avec pour obligation de travailler et de se soigner. Il est maintenu en détention.

source – crédit photo: pixabay