Qui n’a pas en tête le refrain d’une chanson d’Alain Chamfort ?

Manureva bien sur, mais aussi Bambou, Géant, Le temps qui court…je pourrais en citer quantité d’autres, la liste est longue après tant d’années. Personnellement ma préférence va à Chasseur d’ivoire, née de sa collaboration avec Serge Gainsbourg.

Un style bien particulier reconnaissable entre tous. 

©Julien Mignot

 Sa discrétion légendaire aurait pu nous priver de ce livre confession.  Un éditeur a pourtant su trouver les mots le convaincant qu’il avait quand même bien des choses à nous raconter, tant sur son œuvre, ses amitiés, ses amours (avec beaucoup de pudeur), sa vie en somme.

Il dit lui même : » je suis pudique, je ne me déboutonne pas à l’envie, disons que ma nature est réservée. » C’est bien l’image qu’il nous donne dans ses apparitions télévisées, et c’est d’autant plus émouvant de le lire. 

Son enfance déjà sera marquée par la séparation pendant plusieurs mois avec ses parents. Un peu chétif, à l’époque, il était d’usage d’envoyer les enfants se requinquer en bord de mer. La séparation avec sa mère sera un véritable traumatisme. Une mère aimante au demeurant, même enveloppante, étouffante… la naissance d’Alain allait  « combler » la perte d’un premier enfant à la naissance, et ce ne fut pas toujours facile d’être surprotégé. Cependant,  jamais ses parents ne s’opposeront à son désir de «faire de la musique», même s’ils gardaient un oeil sur ses fréquentations. 

©Julien Mignot

Quelles rencontres tout au long de son parcours !

Cela commence avec Claude François qui produira ses premiers disques, mais qui  sabordera aussi ses premières … Il ne fallait pas lui faire de l’ombre. Cependant, quelle école ! Celle de la rigueur, mais aussi celle des filles faciles. Tout ça ne va pas forcément avec la vie de famille…

Lio lui fera tourner la tête. la toute jeune fille était à l’époque en haut des « Hit Parade » avec sa chanson Banana Split. Une belle histoire… Cette passion amoureuse durera quasiment 6 ans.

C’est lui qui produira son titre « les brunes ne comptent pas pour des prunes » 

Dans la liste étonnante de ses rencontres, il y a entre autre  Jacques Dutronc : Sacré phénomène lui aussi !  Véronique Sanson avec qui il partira aux USA, pas seulement pour la musique, pour d’autres expériences comme la cocaïne. Sa sagesse lui évitera  de devenir dépendant.

Il va également faire un bon bout de chemin avec le Grandiose Gainsbourg, mais, le voir devenir Gainsbarre n’était pas pour lui plaire. 

Alain Chamfort se livre dans son Intime Anti-Biographie Musicale, ne se ménageant pas lui même, sans complaisance, reconnaissant toujours envers ses fidèles compagnons de route. Replongez vous dans sa discographie, on s’y laisse bercer avec plaisir !

Béatrice Denis, en exclusivité pour le JDBN

©Julien Mignot

Lire aussi INTERVIEW EXCLUSIVE D’ALAIN CHAMFORT: UN ARTISTE POSITIVEMENT INSPIRÉ.

INTIME 

Anti-Biographie Musicale

Alain CHAMFORT

Editions : cherche midi

A PROPOS DE NOTRE LECTRICE, BÉATRICE DENIS

Lectrice depuis mon enfance, ma vie professionnelle intense, ne m’a pas laissé beaucoup de temps pour avaler tout ce que j’aurais voulu lire.

Restauratrice à Lyon,  j’ai tout au long de mon parcours, fait de fabuleuses rencontres, et cela  a encore accentué cette soif de découvrir, d’apprendre et de partager.

Aujourd’hui entre 2 voyages, je rattrape le temps perdu à ne pas lire.   

C’est comme une frénésie : j’ai toujours une pile de « livres à lire » !

MA CONTRIBUTION AU JDBN :

Tant d’actualités tristes, désespérantes, inquiétantes….

Pour une fois, sans faire l’autruche, et sans oublier le monde dans lequel nous vivons, nous avons le choix de  plonger dans un bain de bonnes nouvelles !

Et ça fait du bien !!!!

Positivons, Partageons, Donnons envie.