Anita Moorjani a écrit en 2012 le livre « Revenue guérie de l’au-delà ». Dans cet ouvrage, qui est un best-seller,  cette jeune femme a témoigné de son Expérience de Mort Imminente alors qu’elle était en phase terminale d’un cancer lymphatique. Revenue totalement guérie suite à ce passage entre terre et ciel, Anita Moorjani a changé de regard sur la vie. Elle a en effet compris qu’il était indispensable de créer  son propre paradis sur terre. Elle nous livre son enseignement et ses conseils dans le livre « Et si c’était ça le paradis ? », publié aux éditions Trédaniel.

Vous avez sans doute eu connaissance de  l’histoire extraordinaire d’Anita Moorjani. Certains médias ont relayé son histoire et son livre « Revenue guérie de l’au-delà » est  un best-seller dans le monde entier.

Anita Moorjani est depuis une messagère qui insuffle un vent d’espérance. Elle anime des conférences aux quatre coins du monde, elle témoigne avec une énergie débordante de l’existence de l’après-vie et de notre propre capacité de guérison physique et morale.

telechargement

L’histoire d’Anita Moorjani

Anita Moorjani est une jeune femme d’origine indienne vivant à Hong-Kong. En 2002, après une série de malaises, les médecins lui annoncent qu’elle est atteinte d’un cancer lymphatique, du lymphome de Hodgkin plus précisément. Un pied de nez du destin pour cette femme qui a de tout temps fait attention à son alimentation (elle a été végétarienne puis végane) car elle avait peur du cancer.

Ayant elle-même vu son père et sa meilleure amie décéder à cause de cette maladie, Anita Moorjani a fait le choix d’opter pour des traitements alternatifs (médecine chinoise et ayurvédique) mais son état s’est considérablement dégradé au fil des années.

En 2006, elle est en phase terminale. Hospitalisée, elle sombre dans le coma. Les médecins lui donnent quelques heures à vivre. Sa famille est à son chevet.

C’est là que la vie d’Anita Moorjani bascule. À un moment, Anita Moorjani sort de son corps et se retrouve dans un état de bien-être total. Elle voit tout ce qui se passe autour d’elle, elle entend tout.

Un amour immense l’envahit, elle prend subitement conscience de sa nature divine.

Anita Moorjani est en train de faire ce que l’on appelle une « Expérience de Mort Imminente », une EMI.

Des êtres de lumière lui expliquent les raisons pour lesquelles elle est tombée malade, ils lui font prendre conscience de la raison d’être de chaque être sur la terre.

On lui révèle que l’amour inconditionnel est la clé pour évoluer sur terre. On lui fait comprendre ce qu’est le paradis. Ce n’est pas un lieu mais un « état de conscience », un état d’être. On lui précise que le paradis doit être vécu sur terre.

Après sa NDE, Anita Moorjani s’est réveillée. Elle a repris conscience. Au fil des jours, les traces de sa maladie ont complètement disparu. Anita Moorjani a été déclarée guérie par des médecins qui sont restés sans voix…

Bien entendu, la vie de la jeune femme a changé du tout au tout.

Elle s’est sentie invincible et créatrice de sa propre vie.

Elle a écrit le livre « Revenue guérie de l’au-delà », qui s’est vendu aux quatre coins de la planète.

Elle a reçu des milliers de lettres, elle a animé des conférences dans de nombreux pays. Mais à un moment, elle s’est sentie limitée dans son champ d’action.

Elle est revenue à l’intérieur d’elle-même, a demandé conseil à ses guides. Car elle était tiraillée par le fait qu’elle ne pouvait pas faire comprendre au plus grand nombre ce que signifiait cette phrase « créer son propre paradis ». Elle-même se sentait souvent frustrée par le quotidien, envahie par les peurs et les fausses croyances qui nous téléguident à distance.

Pourtant, elle était revenue de son EMI avec un message clair, qu’elle a ressenti au plus profond d’elle-même : « Il faut s’aimer inconditionnellement. Quand on s’aime et que l’on connait sa propre valeur, il n’y a rien que l’on puisse faire ou guérir ».

Anita Moorjani a elle-même guéri de son cancer lorsqu’elle a pris conscience de sa valeur, de sa nature divine.

De fil en aiguille, l’idée d’écrire un livre s’est imposée, avec en filigrane ce message : « dans la vie, notre travail consiste à nous aimer, à nous accorder de la valeur et à incarner cette vérité de valeur et d’amour pour soi-même jusqu’à devenir l’amour en action ».

 

« Et si c’était ça le paradis ? »

Le livre d’Anita Moorjani est un passeport qui nous aide à nous délivrer des croyances limitantes.

Elle a construit son ouvrage sur des tranches de vie (qu’elle a elle-même vécues avant sa maladie) et des exercices. En un mot, elle est passée de la théorie à la pratique et la puissance de ses explications est saisissante.

Voici un thème abordé dans « Et si c’était çà le paradis ? »

Dans un  chapitre, Anita Moorjani nous parle de cette croyance qui consiste à dire que « nous avons ce que nous méritons ».

Anita Moorjani a plongé dans son passé de petite fille indienne vivant à Hong Kong. Victime de racisme et de harcèlement à l’école, elle a compris, grâce à sa NDE, que cette expérience de vie l’avait poussée à ne plus avoir d’amour- propre et à se programmer à être rejetée tout au long de sa vie.

Or, durant sa NDE, elle a ressenti pour la première fois de son existence qu’elle avait de la valeur, qu’elle était aimée inconditionnellement, qu’elle était digne d’être aimée car elle était, comme tout être vivant, une magnifique et puissante création de l’Univers.

Anita Moorjani a dès lors réalisé que les filles qui l’avaient harcelée avec tant d’acharnement, étaient elles aussi guidées par un sentiment d’insécurité, par « une sensation de nullité ».

L’ignorance, les peurs nourries par la société et les fausses croyances avaient conduit tout ce petit monde sur le chemin de la méchanceté et du non- respect de la vie.

À travers dix thématiques, Anita Moorjani nous invite à nous défaire de nos chaînes conscientes et inconscientes et à plonger au cœur de  notre propre source.

 

Extrait « Et si c’était ça le paradis ? » d’Anita Moorjani :

« Irène, tu oublies d’où je suis revenue ! dis-je avec force. Je n’aimais pas la vie que j’avais moi non plus ! Mais je suis presque morte, tu te souviens ? Et ce n’est qu’à partir de là que j’ai compris combien il était important de m’aimer et de ne jamais, jamais m’abandonner ! Quand je suis en conférence, je dis aux gens qu’il faut s’aimer soi-même comme si notre vie en dépendait parce que le fait de m’aimer est ce qui m’a sauvé la vie….Nous devons d’abord nous aimer et ensuite nos vies changent : cela ne marche pas dans l’autre sens ! Nous apprenons aux autres comment nous traiter en nous donnant l’exemple de nous aimer en premier lieu ! »

 

Livre « Et si c’était çà le paradis », d’Anita Moorjani, éditions Guy Trédaniel.

Lien d’achat

Site : http://anitamoorjani.com – crédit photo: capture

 

ANNE BOUQUET

 ANNE-WEB (2)

Journaliste depuis une vingtaine d’années en presse écrite, j’ai mené une vie professionnelle classique : salariée d’un quotidien régional, d’une revue économique, de différents hebdomadaires locaux…

Une vie passionnante où j’ai eu la chance de rencontrer beaucoup de monde.

Curieuse de nature, passionnée par la vie, j’ai mis par la suite mes passions au premier plan : ésotérisme, parapsychologie, techniques de bien-être, culture, littérature…

Aujourd’hui, je travaille en tant que journaliste free- lance, pour des sites internet et des agences de communication.

Et puis j’écris des livres pour de belles âmes…

L’écriture est une énergie. À nous de la faire voyager, librement.

 

MA CONTRIBUTION AU JDBN:

“Partout dans le monde, derrière le langage courant- et souvent déprimant des médias- des hommes et des femmes de bonne volonté, font jaillir la lumière dans tous les secteurs de notre société.
Regardons- les, écoutons-les. Prenons exemple.
Le JDBN porte ces valeurs. Je suis aujourd’hui ravie d’accompagner ce média qui nous porte vers le haut.”

Anne Bouquet.