Depuis le temps que nous publions des recettes sans protéines animales exclusivement dans notre rubrique « tout bon tout bio », nous sommes tombés sur une petite pépite à lire sans modération.

Stefane Guilbaud dit tout haut ce que de plus en plus de gens pensent tout bas.

Le problème, c’est que nous continuons malgré tout à acheter notre nourriture dans les supermarchés. 

« Plus pratique »… « Moins cher »… « On trouve tout donc on gagne du temps »….

Autant d’excuses bidon qu’on se donne quand on néglige son corps et sa santé sans même le savoir parfois.

On pense bien évidemment à la maman avec enfants qui entre le poulet à 5 euros et le poulet fermier à 20 euros ne réfléchit pas très longtemps avant de mettre sa pauvre volaille qui n’a jamais vu la lumière du jour ni même un pré de toute sa triste existence…

Et tant que les supermarchés martyriseront les producteurs, on trouvera de la malbouffe.

Seulement voilà… « Nous sommes ce que nous mangeons » et continuez à mal se nourrir sera bientôt prouvé totalement dans l’augmentation des maladies et du bien être des humains en règle générale.

Les gens ne sont pas nés végétariens ou si peu… Ils le deviennent par dégoût de la souffrance animale et de l’impossibilité de traçabilité des aliments qu’ils achètent.

Personnellement je suis une ex « grosse viandarde » mais du plus loin que je me souvienne, je ne mangeais petite que les produits du jardin de mon grand-père et les volailles et viandes de l’éleveur du coin. Je ramassais mes oeufs dans le jardin et même maintenant lorsque je les achète « bio », je ne retrouve pas le goût et la couleur du jaune d’antan.

« Plus pratique »… « Moins cher »… « On trouve tout donc on gagne du temps »….

C’est ce que l’on tend à nous faire croire mais c’est faux. Nos mentalités ont changé en ce sens avec la matraquage publicitaire et les offres toujours plus honteuses des hyper à bas prix.

Notre alimentation a profondément changé en quelques décennies et les produits industriels ont envahi nos assiettes et modifié nos comportements. Transformés, remplis d’additifs et de conservateurs, flanqués d’une liste d’ingrédients impossible à déchiffrer, ces produits reflètent le mal de notre siècle : une course effrénée vers la rentabilité maximale, au détriment de notre capital santé. Stéfane Guilbaud propose un guide pratique et simple pour :

 

  •   Adopter les bons réflexes et retrouver une alimentation équilibrée

  •   Repérer en un clin d’œil les aliments à privilégier et ceux à éviter

  •   Choisir les produits frais en respectant les saisons

  •   Élaborer son fonds de cuisine avec les basiques indispensables pour cuisiner sain

 

Ancien formateur en changement de comportements alimentaires et spécialiste en marketing visuel, Stéfane Guilbaud est un fervent défenseur de la désobéissance alimentaire. Aujourd’hui auteur et conférencier, il sensibilise un large public aux méfaits de la malbouffe et transmet sa vision à travers plusieurs ouvrages sur ce sujet.

 

« Au travers de ce livre, je vais expliquer pourquoi il ne s’agit pas seulement de dénoncer les produits alimentaires industriels, mais bien de passer à l’action. Cela reste trop facile de toujours dénoncer, d’accuser sans s’engager ne serait-ce que personnellement.
[…]La première partie de ce livre s’attache à faire le constat que les produits industriels ne sont pas les bienvenus dans nos assiettes. La seconde partie est consacrée à la mise en place de vos nouvelles résolutions en matière d’alimentation.» (Stéfane Guilbaud)

Sophie Denis.

9782212561203_h430

Je ne mange pas de produits industriels – Stéfane Guilbaud

  • Sous-titre : Haro sur la malbouffe !
  • Auteur(s) : Stéfane Guilbaud
  • Editeur(s) : Eyrolles
  • Lien d’achat