Véronique de Villèle est sur le devant de la scène depuis plus de 40 ans avec un parcours impressionnant. Animatrice, actrice, entraineur sportif de la célèbre émission Gym Tonic de 1982 à 1986, aujourd’hui  prof de Fitness aux Cercles de la Forme à Paris, hyper active dans plusieurs associations : co-fondatrice de la Fondation pour la Recherche sur la maladie d’Alzheimer, Ambassadrice de l’association L’Envol, présidente du Comité de soutien candidature des Jeux de boules pour les Jeux olympiques de 2024, marraine de Max Baissette de Malglaive, marraine d’Enfant Star et Match à Cannes….

©Veronique de Villèle

En reconnaissance de ses actions au sein de diverses associations, dont la fondation pour la recherche sur Alzheimer, mais également pour ses activités sportives, Nicolas Sarkozy l’a nommée chevalier de la Légion d’honneur en 2011.

Egalement à la radio sur Europe 1 et Sud Radio… auteure de plusieurs ouvrages… Juste wahoooo!!

C’est avec une immense admiration que le JDBN a le plaisir de vous offrir ses confidences aujourd’hui.

Rencontre avec une femme solaire, bienveillante et super tonique!

©Veronique de Villèle

Interview

Le JDBN: Véronique de Villèle, c’est quoi votre secret pour mener tout de front?

Véronique de Villèle: Oui, on peut se demander (sourire)… Disons que je suis du signe de la Vierge, donc très organisée, je me lève très tôt tous les matins, j’ai une vie saine, je n’ai jamais bu un verre d’alcool, et j’essaie de faire plaisir à tout le monde. Les choses les plus importantes pour moi, ce sont mes cours que je donne aux Cercles de la Forme à Paris, entre deux à trois heures par jour. C’est aussi la Fondation Alzheimer dont je m’occupe depuis 15 ans et dont on fêtera l’anniversaire le 23 Mars prochain à l’Olympia. La cause des enfants malades me touche aussi énormément. Je suis toujours présente en tant que marraine pour l’Association Enfant Star et Match à Cannes ainsi qu’en tant qu’ambassadrice pour la Fondation L’Envol, qui existe depuis 30 ans, fondée par Paul Newman, et enfin le partenariat avec les Villas BeauSoleil où je donne des cours pour les seniors dans la France entière avec un immense bonheur. J’ai effectivement un planning chargé mais tellement d’énergie à revendre que je ne ressens pas la fatigue. Le retour des gens est extraordinaire. Je fais des rencontres absolument magiques. Pour résumer, dans la vie il y a deux choses qui me touchent beaucoup: Les personnes âgées et les enfants malades. Le reste… le milieu… bon…

©Veronique de Villèle

Le JDBN: Vous commencez votre carrière comme assistante de Mireille Darc et d’Alain Delon. Racontez-nous… Que faisiez-vous pour eux? Vous avez créé un lien indéfectible avec l’un et l’autre. Je vous sais aussi très touchée par le départ de Mireille Darc. Comment gérez-vous l’absence? Croyez-vous à la vie après la mort? Lui parlez-vous?

Véronique de Villèle: A 17 ans je suis devenue l’assistante de Mireille Darc et d’Alain Delon pendant plus de 18 ans. J’étais dans leur ombre et je gérais tout leur quotidien avec une bonne débrouillardise afin de leur rendre la vie plus facile, plus douce. Mireille, c’était comme ma soeur et je suis toujours très proche d’Alain. Ma mère considérait qu’elle avait 3 filles: Mireille, Davina et moi! J’ai d’ailleurs écrit un livre: Véro trouve tout et c’est Alain Delon qui a trouvé le titre! Nous avions un rapport sincère, j’ai vécu des années magnifiques à leurs côtés. Concernant Mireille, ce fut un choc épouvantable car j’ai vécu sa maladie au quotidien et ce fut un moment très douloureux. Je pense qu’il y a quelque chose après la mort et qu’on va retrouver les gens qu’on aime mais je ne suis pas comme Davina, très mystique, très au courant de tout ça… Ce qui peut me faire peur, c’est de rendre les gens tristes. J’ai une notion très forte de l’amitié donc j’entretiens ce lien en n’oubliant pas. Elle est dans mon coeur à jamais.

©Veronique de Villèle

Le JDBN: Votre carrière en tant que coach… En 1979 vous présentez Vive la forme, de 1980 jusqu’en 1981, vous animez l’émission Les 4 saisons de la forme sur Antenne 2. En septembre 1981, grâce à l’émission télévisée Gym Tonic, vous rencontrez le succès en compagnie de Davina Delor que vous avez rencontrée dans un cours de danse. Jusqu’en juin 1986, plus de 12 millions de personnes regardent cette séance d’aérobic devant leur petit écran, au rythme de musique discos. Pourquoi l’émission s’est- elle arrêtée?

Véronique de Villèle: L’époque “Gym Tonic” fut incroyable. Les produits dérivés, les fans qui dormaient sur les capots de nos voitures, les demandes en mariage, les prisonniers qui nous écrivaient… Encore maintenant, dès qu’une émission passe sur les années 80, Gym Tonic refait surface! Nous gardons Davina et moi de merveilleux souvenirs de cette époque. L’émission s’est arrêtée parce qu’elle avait 7 ans de vie et que les rediffusions décousues ont mis fin à l’aventure par la force des choses. Nous avons ensuite tourné de superbes émissions au Maroc.

©ina – youtube

Le JDBN: Vous n’avez jamais arrêté le sport pour autant, est-ce une hygiène de vie? Un sacerdoce? Une passion? Lorsqu’on vous voit, on se dit que c’est clairement bénéfique. Quand avez-vous su que le sport deviendrait aussi important dans votre vie?

Véronique de Villèle: J’ai été hyper sportive depuis mon plus jeune âge. J’adore l’adresse, la stratégie, la discipline. En plus de la danse et la gym, j’ai fait beaucoup de ski, tir, pétanque, golf, danse, natation… et je continue! Je ramène des coupes!

©Veronique de Villèle

Le JDBN: Davina Delor que l’on appelle maintenant Dhâmma Dâm Ming a choisi la voie de la spiritualité, êtes-vous toujours en contact? A- t-elle trouvé la sérénité?

Véronique de Villèle: Oui bien sûr je suis toujours toujours en contact avec Davina, on s’appelle tous les jours! Mais il faut savoir qu’elle n’a pas “choisi” ce chemin, elle a toujours été sur ce chemin. Elle n’a pas connue de transition drastique, elle a juste continué dans sa voie. Elle a prêté serment. Elle dirige un monastère très reconnu. Elle est maintenant très proche du Dalai Lama. Davina est quelqu’un de magnifique.

©Veronique de Villèle

Le JDBN: Que ce soit vous ou Davina, vous semblez être dans le dépassement de vous – même. Pourquoi?

Véronique de Villèle: Non je ne pense pas être dans le dépassement. Je n’aime pas la médiocrité et je ne fais pas de concours avec moi-même. Je fais juste ce que j’estime être bon pour les autres et moi.

Le JDBN: Nous vivons une époque compliquée où le sport et la spiritualité seraient de bons moteurs pour chaque individu. Vous sentez-vous touchée par l’émergence d’une pleine conscience? Si petite soit-elle?

Véronique de Villèle: Je le sens, j’en suis consciente, mais étant donné que je suis tellement en rapport avec Davina, ce n’est pas une révélation pour moi. Je n’applique pas forcément les préceptes de Davina même si nous sommes très proches, car nous sommes juste les deux opposés. Davina va manger des graines et moi des pâtes… Et ça s’accorde! Nous allons toutes les deux très bien.

Le JDBN: Je pense beaucoup à nos enfants, au futur… Pensez-vous que nous pourrions faire plus d’efforts au niveau de l’éducation nationale pour les emmener vers plus de sport? Que pourrions-nous faire? N’avez-vous jamais eu envie de faire de la politique?

Véronique de Villèle: J’adore la politique mais ce n’est pas mon job. Je veux bien donner des conseils, être consultante, mais pas faire de la politique. 

©Veronique de Villèle

Le JDBN: Vous êtes sans arrêt en vadrouille, pour de multiples associations, et vous, qui prend soin de vous?

Véronique de Villèle: J’ai des amis très solides près de moi, un entourage familial, une vie privée très équilibrée. Mais le plus important je pense, c’est que je prends soin de moi et comme je n’aime pas demander de l’aide, je m’en sors plutôt bien. 

Et puis j’ai mes deux filleuls que j’adore par dessus tout. Deux génies. L’un deux a été très malade de 3 à 7 ans, il a aujourd’hui 19 ans. D’où mon engagement évident pour les associations. Ils sont mes récompenses, ma joie de vivre.

©Veronique de Villèle

Le JDBN: Est-ce que votre force pourrait venir de votre éducation, de votre maman, dont vous parlez beaucoup sur les réseaux sociaux?

Véronique de Villèle: Oui probablement. J’ai eu des parents extraordinaires.  Extrêmement aimants. Bienveillants. J’étais très proche d’eux. J’ai perdu mon père et là récemment ma mère. Ils avaient une force et une gentillesse… Ils s’occupaient tellement de leurs enfants, de leurs amis, de gens qui en avaient besoin. A côté de ça, mon père était très sévère, j’ai eu une éducation très stricte et je les remercie pour cela car je pense que l’éducation est un pilier de notre société et cela se perd malheureusement. Concernant le sport, cela m’a beaucoup servi car ce n’était pas un environnement facile quand je prenais des cours. Je suis moi-même très stricte lors de mes cours mais je sais que mes élèves apprécient et car on s’y amuse aussi.

©Veronique de Villèle

Le JDBN: Avez-vous de moments de découragement?

Véronique de Villèle: Honnêtement non. A part peut-être quand je suis malade, mais comme je ne sais pas annuler mes engagements, je fonce et tout rentre dans l’ordre. Je suis très croyante alors quand cela ne va pas, je fais une prière et je dis: “S’il vous plaît il faut que j’aille mieux dans 15 minutes” et ça marche!

©Veronique de Villèle

Le JDBN: Qu’est ce qui vous indigne?

Véronique de Villèle: La façon dont on traite les personnes âgées et les enfants. C’est l’injustice à tous les niveaux. Cela peut me rendre dingue.

Le JDBN: Qu’est-ce qui vous met le plus en joie?

Véronique de Villèle: C’est lorsque les gens me disent: “Je vais bien”. Ou quand on me dit: ” Ah, t’avoir vue m’a fait du bien!” Alors que je n’ai rien fait de spécial, j’ai juste raconté ma journée et je trouve ça magique. Cela me remplit de bonheur.

Le JDBN: Votre plat préféré?

Véronique de Villèle: Les pâtes! Je fais cinquante recettes différentes! Je peux en manger matin midi et soir! 

Le JDBN: Vous avez la main verte et vous vivez à Paris. N’avez-vous pas envie de vous mettre au vert ou êtes-vous amoureuse de notre capitale à tout jamais?

Véronique de Villèle: J’ai la chance incroyable d’avoir une grande terrasse en plein Paris. J’entretiens mes fleurs, mes plantes, dont certaines viennent de chez ma mère. J’adore l’endroit où je vis et mes plantes me le rendent bien.

©Veronique de Villèle

Le JDBN: Le sommeil. Avec votre emploi du temps de dingue, on se demande quand vous dormez et combien de temps? Combien d’heures dormez-vous?

Véronique de Villèle: Je suis une très grosse dormeuse. Je dors 7 heures!

Le JDBN: Avec plus de 40 ans de carrière médiatique, êtes-vous nostalgique? Aimez-vous le paysage audiovisuel actuel?

Véronique de Villèle: Il ne me dérange pas mais cela n’a plus rien à voir avec la grande époque. J’aime les débats, Arte, et les chaînes d’informations.

Le JDBN: En avez-vous marre qu’on vous parle de Véronique et Davina?

Véronique de Villèle: Pas du tout! J’adore! J’entends tout le temps: “Regarde! C’est Véronique et Davina!” Et les gens confondent souvent, ça me fait rire, on m’appelle souvent Davina! 

Le JDBN: Votre citation préférée?

Véronique de Villèle: “Nous ne vieillissons pas, nous prenons de la valeur”

Le JDBN: De quoi avez-vous peur?

Véronique de Villèle: Pas grand chose… Que les gens proches de moi soient malades… Ça, ça me fait peur.

Le JDBN: Que regardez-vous chez une femme en premier?

Véronique de Villèle: Son regard, son attitude, sa façon de parler, sa gestuelle.

Le JDBN: Chez un homme?

Véronique de Villèle: Ses mains, son sourire, son attitude, sa démarche… J’adore un homme qui marche avec une main dans la poche par exemple… Et puis bon, qu’il soit beau et intelligent (rires)

Le JDBN: Vous côtoyez les “rich & famous” mais vous donnez l’impression d’être une femme très « down to earth » (les pieds sur terre), comment jonglez-vous?

Véronique de Villèle: Je pense que cela vient de l’éducation que j’ai reçue. Mon père disait: “Il faut toujours avoir les pieds dans la glaise”. Je remercie et ne renie pas l’éducation que j’ai eue et cela m’a apportée discernement et distance par rapport à tout ça. Je suis vraie en toute situation avec tout le monde.

Le JDBN: Votre idée du luxe?

Véronique de Villèle: C’est d’avoir un assistant chauffeur! Ce que je n’ai pas… (rires)

Le JDBN: Un message à faire passer aux gens qui adoreraient faire du sport mais qui n’embrayent pas?

Véronique de Villèle: C’est de trouver des gens qui vous donnent l’envie d’avoir envie! (clin d’oeil à mon grand ami Johnny dont j’étais très proche). Il vous faut trouver un coach, des copines… C’est un RDV avec vous! Alors foncez et trouvez cette personne qui va vous booster! Elle existe. Regardez-moi! En revanche, allez faire du sport 2 à 3 fois par semaine, autrement ça ne sert à rien!

©Veronique de Villèle

Le JDBN: Votre endroit préféré?

Véronique de Villèle: La mer. Le sable blanc qui ressemble à de la farine et la mer turquoise! 

©Veronique de Villèle

Le JDBN: Noël approche, c’est une fête qui vous anime ou pas?

Véronique de Villèle: Je déteste. Je hais Noel. Je hais les fêtes. Trop nostalgique du temps d’avant où nous étions tous réunis.

Le JDBN: Un rêve que vous n’avez pas encore réalisé? 

Véronique de Villèle: Non je ne crois pas, j’ai de la chance. Je rêvais de faire de faire la télé, j’ai fait de la télé, je rêvais de faire de la radio, j’ai fait de la radio, je me suis mariée, c’était magnifique. Je pense que la vie est bien faite. Je réalise tous mes rêves au quotidien. Le rêve absolu serait de partir donner des cours à Tahiti mais je voudrais vite revenir à Paris! J’adore les choses à l’ancienne, j’ai mes habitudes, mes amis, ma famille, je ne quitterais tout ça pour rien au monde.

©Veronique de Villèle

Le JDBN: Vos projets à venir? 

Véronique de Villèle: Je vous donne la liste, elle est chargée comme d’habitude et c’est génial! (Voir les actus de Véronique ci-dessous)

Le JDBN: Merci infiniment Véronique!

Propos recueillis par Sophie Denis, fondatrice du JDBN.

Prochaines dates et liens vers les associations:

  • Prochain concours de Pétanque pour le Télethon 2019 Samedi 7 Décembre à Paris
  • Vernissage Photos de Camille Hermant à DEAUVILLE Villa Beausoleil le Vendredi 13 Décembre (Véronique de Villèle est marraine de l’exposition)
  • Soirée de Gala pour Enfants star et Match à Cannes le Samedi 25 Janvier 2020
  • Prochain Gala pour la Recherche Alzheimer le 23 Mars à l’Olympia à Paris

            

©Veronique de Villèle

Liens:

www.veronique-et-davina.com

www.alzheimer-recherche.org: Membre  co-Fondateur- Membre du Comité d’Honneur- Membre du Comité d’Organisation

www.fondation-du-rein.org: Ambassadrice

www.lenvol.asso.fr: Ambassadrice

enfantstaretmatch.com: Ambassadrice

www.lescerclesdelaforme.com

www.villabeausoleil.com

veroniqueetdavina.coachclub.com

  

Les ouvrages de Véronique de Villèle:

Facebook : Véronique de Villèle

Twitter      :  VillleDe

Instagram  : Verotonic

Source: Sophie Denis en exclusivité pour le JDBN – Crédits photos: Véronique de Villèle et Jean Riz