Gabriel Alexander, l’auteur de ce livre se raconte à la première personne. Il assume !

Né à Paris, dans un milieu très modeste, son enfance a été marquée par des moments douloureux, des frustrations, des envies d’autre chose.

Timide, complexé de tout, il rêvait d’être tout sauf juif pied-noir.

Pas facile de démarrer dans la vie, alors on boit, on se drogue, et on finit par n’avoir qu’une envie, que dire, une idée fixe : le suicide. Et ça commence très jeune. Il n’y a que la mort qui puisse le délivrer de son mal de vivre, de sa souffrance.

Boire jusqu’au coma, se droguer pour alléger son mal-être, et reboire encore et toujours plus…

A défaut de passer à l’acte avec le suicide, Gabriel va partir aux USA et faire des rencontres, mais surtout, il va un soir de beuverie encore plus monstrueuse que d’habitude, prendre le volant, se faire arrêter par la Police, et aux USA, on ne rigole pas avec les excès. 

Ce sera sa planche de salut ! Il va lui falloir entamer une série de rencontres obligatoires avec les A-A,  traduisez les Alcooliques Anonymes.

Aussi dur cela fut-il, Gabriel Alexander, nous prouve que sortir de l’alcoolisme est possible.

Où qu’il aille dans le monde, il y a toujours au sein de cet organisme quelqu’un pour vous écouter, quelqu’un a qui parler de ses angoisses, quelqu’un qui va vous aider à franchir le cap difficile du manque.

Sa vie va alors changer. Retrouver du plaisir dans n’importe quel acte de la vraie vie, rencontrer des amis, avoir un chien puis un autre qui vont être des compagnons tellement importants dans sa vie. 

Se lancer dans des projets souvent très lucratifs et ça marche !!! Inventer un brevet contre la pollution  des navires larguant le fioul dans les mers. Oui, vous avez bien lu ! Rien n’est impossible quand on a retrouvé ses facultés. 

Gagner beaucoup d’argent, car à plusieurs reprises, il s’est carrément enrichi ! C’est bien, c’est un vrai pied de nez à son enfance difficile, à ceux qui ne croyaient pas en lui,  mais ce n’est pas cela qui compte. 

Savoir s’émouvoir d’une marche en forêt, du chant d’un oiseau, sentir le foin fraichement coupé, galoper sur le dos de son cheval favori, aider à son tour des gens dans le besoin, dans la détresse,  se préoccuper de la protection de l’environnement et de la cause animale seront bien plus important que les zéros sur son compte en banque.

Je vous encourage à lire ce livre. Gabriel Alexander nous démontre avec beaucoup de force, et beaucoup de franchise que rien n’est impossible, et que tout le monde à droit à une seconde chance. Quelques références au palmarès de Jaques Brel sont un cadeau en plus !

Selon le souhait de Gabriel Alexander, 10 % de ses droits d’auteur seront reversés à la fondation de protection et de défense des animaux Soi Dog : www.soidog.org

Seconde chance

Gabriel Alexander

Editions :  Trédaniel  le courrier du livre

Béatrice Denis, en exclusivité pour le JDBN

A propos de l’auteur…

Né à Paris et issu d’un milieu très modeste, Gabriel Alexandera connu une enfance difficile. D’une nature sensible et timide, il a traversé des moments existentiels douloureux, pour enfin trouver sa voie, créer sa propre entreprise, et surtout, commencer à vivre pleinement sa vie avec joie et enthousiasme. L environnement et la condition animale, causes primordiales pour lui, l’ont poussé à inventer et à breveter un système antipollution pour pétroliers naufragés. Il a décidé d’écrire ce premier livre afin de partager son histoire et montrer qu’il n existe pas de situation désespérée.

A PROPOS DE NOTRE LECTRICE, BÉATRICE DENIS

Lectrice depuis mon enfance, ma vie professionnelle intense, ne m’a pas laissé beaucoup de temps pour avaler tout ce que j’aurais voulu lire.

Restauratrice à Lyon,  j’ai tout au long de mon parcours, fait de fabuleuses rencontres, et cela  a encore accentué cette soif de découvrir, d’apprendre et de partager.

Aujourd’hui entre 2 voyages, je rattrape le temps perdu à ne pas lire.   

C’est comme une frénésie : j’ai toujours une pile de « livres à lire » !

 

MA CONTRIBUTION AU JDBN :

Tant d’actualités tristes, désespérantes, inquiétantes….

Pour une fois, sans faire l’autruche, et sans oublier le monde dans lequel nous vivons, nous avons le choix de  plonger dans un bain de bonnes nouvelles !

Et ça fait du bien !!!!

Positivons, Partageons, Donnons envie.