Le printemps n’est pas encore franchement là alors voici une tarte bien réconfortante, facile à faire, et à tomber par terre ! A offrir à sa famille, ses invités… pensez à vous en garder une grosse part quand même !

Ingrédients :

  • ¼ de tasse de beurre vegan (60ml)

  • ½ tasse de farine (75g)

  • 1 briquette de lait de coco (400ml)

  • 1 tasse de sirop d’érable (250ml)

  • ½ c à c d’extrait de vanille

Ingrédients pour le fond de tarte (proportions pour deux fonds)

  • 3 tasses de farine (450g)

  • 1 c à c de sel fin

  • 1 tasse de beurre vegan (190g)

  • ½ tasse d’eau glacée

  • 1 c à s de vinaigre blanc

 

Instructions:

Préchauffer le four à 175°.

 

Pendant ce temps préparer le fond de pâte : mélanger la farine et le sel. Ajouter le beurre et travailler le mélange: vous devez obtenir un mélange granuleux. Ajouter alors l’eau et le vinaigre blanc. Ne travaillez pas trop la pâte. Dès qu’elle vous semble prête, faites-en une boule et réservez-la 30min au frigo enveloppée d’un film étirable.

 

Faire cuire pendant environ 20 min à blanc. Réserver.

 

Dans une casserole, faire fondre le beurre à feu moyen.

 

Ajouter la farine et battre vigoureusement à l’aide d’un fouet.

 

Ajouter le lait de coco, la vanille et le sirop d’érable. Le mélange doit être lisse. S’il y a des grumeaux, n’hésitez pas à utiliser un mixeur plongeant.

 

Faire cuire cette préparation à feu moyen jusqu’à ébullition. Elle doit épaissir légèrement.

 

Verser la préparation sur le fond de pâte et laisser reposer au réfrigérateur jusqu’au moment de servir.

La vidéo de la recette (en anglais):

Traduit par Géraldine Guillier, en exclusivité pour le JDBN

 Capture d’écran 2016-09-04 à 10.54.26

Géraldine exerce la profession de professeur d’anglais depuis 17 ans.

C’est une couverture car en réalité, elle est passionnée de mots, français et anglais.

Elle en lit, en écrit, en traduit et passe une grande partie de son temps à essayer de les faire swinguer à l’aide de son stylo.

Elle aime avoir les mains dans l’essence de térébenthine, les gravures de mode des années 20, les cheveux de son fils ou les poils de sa chienne et de son chat.

 

MA CONTRIBUTION AU JDBN

Je suis très fière d’apporter par la traduction un coup de main au JDBN, qui a

le courage de nous montrer l’existence par le versant ensoleillé.

C’est une belle et élégante démarche.

« Ce n’est pas parce que la vie n’est pas élégante qu’il faut se conduire comme elle».

crédit photo: capture youtube