Le kitchari est un plat d’origine indienne. Il est ayurvédique, on le consomme pendant que l’on est malade ou convalescent mais on peut le consommer quand on veut ! Il est savoureux, bien réconfortant et facile à digérer. Pour cette recette, j’ai utilisé du gingembre, du curcuma, du cumin, de la coriandre mais la grande star de la recette, c’est le fenugrec ! A adopter, sans hésitation !

Préparation : 5 min

Cuisson : 30 minutes

Ingrédients :

  • 1 tasse de pois cassés
  • ½ tasse de riz blanc
  • ½ tasse d’huile de coco
  • 1 c à s de gingembre frais râpé
  • 2 c à c de cumin
  • 1 c à c de coriandre
  • 1 c à c de graines de fenugrec
  • 1 c à c de graines de fenouil
  • 1 c à c de sel fin
  • 1 c à c de curcuma en poudre
  • 5 tasses d’eau
  • 2 tasses bien pleines de chou kale
  • pour le service : quartiers de citron , coriandre fraîche, carottes, chou rouge émincé

Rincer les pois cassés et le riz sous l’eau claire.

Dans une poêle, faites chauffer l’huile et faites revenir le gingembre pendant une minute environ.

Ajoutez alors les épices et le sel et faites revenir 30 secondes.

Ajoutez les pois cassés, le riz et l’eau et amenez à ébullition.

Baissez le feu et laissez mijoter doucement 30 à 45 minutes

Ajoutez le chou kale juste avant de servir.

Servez avec des quartiers de citron, de la coriandre fraîche, des rondelles de carottes ou des lanières de chou rouge.

Traduit de l’anglais par Géraldine Guillier, en exclusivité pour le JDBN

 Capture d’écran 2016-09-04 à 10.54.26

Géraldine exerce la profession de professeur d’anglais depuis 17 ans.

C’est une couverture car en réalité, elle est passionnée de mots, français et anglais.

Elle en lit, en écrit, en traduit et passe une grande partie de son temps à essayer de les faire swinguer à l’aide de son stylo.

Elle aime avoir les mains dans l’essence de térébenthine, les gravures de mode des années 20, les cheveux de son fils ou les poils de sa chienne et de son chat.

 

MA CONTRIBUTION AU JDBN

Je suis très fière d’apporter par la traduction un coup de main au JDBN, qui a

le courage de nous montrer l’existence par le versant ensoleillé.

C’est une belle et élégante démarche.

« Ce n’est pas parce que la vie n’est pas élégante qu’il faut se conduire comme elle».

crédit photo: capture

Source