Alors que la pandémie fait rage à travers le monde, ce que les défenseurs de l’environnement ont appelé les «déchets de coronavirus» apparaît maintenant dans nos écosystèmes. Des masques à usage unique aux gants en latex gorgés d’eau, les déchets non biodégradables flottent dans nos océans et constituent une menace pour notre vie marine. Par conséquent, une société basée aux Philippines, Salay Handmade Products Industries, Inc., a mis au point une solution: des masques en fibre de feuille d’abaca. Ces masques, contrairement à ceux en matériaux dérivés du plastique, sont biodégradables. En plus d’être fabriqués avec des matières végétales, ils ont le potentiel de fonctionner aussi efficacement que les masques chirurgicaux de qualité médicale. Bientôt, ces masques faciaux pourraient être l’avenir des équipements de protection individuelle (EPI).

Les masques faciaux sont fabriqués à partir d’abaca brut, une fibre de feuille appréciée pour sa grande résistance mécanique, sa résistance aux dommages causés par l’eau salée et sa longueur de fibre. Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, “Les meilleures qualités d’abaca sont fines, lustrées, de couleur beige clair et très résistantes.” En effet, il peut être aussi résistant que le polyester. Cela fait de l’abaca le «tissu» idéal pour remplacer les matériaux dérivés du plastique dans la production de masques. Aux Philippines, l’abaca est le plus souvent utilisé pour fabriquer des sachets de thé et des billets en pesos philippins, mais les récentes découvertes de Salay Handmade Products Industries, Inc. pourraient trouver un nouvel objectif pour la fibre des feuilles.

Pour tester l’efficacité des masques faciaux fabriqués avec de l’abaca, le Département philippin de la science et de la technologie (DOST-X) a mené une étude les comparant aux masques chirurgicaux standards ainsi qu’aux masques N95. Le département a d’abord évalué les structures en fibres du masque facial en abaca, la taille des pores, la déperlance et l’absorption d’eau via des tests de gouttes d’eau. Ces tests ont ensuite été analysés au microscope. Selon les conclusions de l’équipe de recherche, le masque en abaca a absorbé 3 à 5 % de l’eau totale appliquée, le masque N95 en a absorbé 46 % et le masque chirurgical a absorbé 0,17 %. Cela signifie que les masques faciaux biodégradables fonctionnent mieux que les masques N95 et presque aussi bien que les masques chirurgicaux.

À l’heure actuelle, les masques faciaux en abaca sont plus chers que ceux qui utilisent des matériaux dérivés du plastique. Cependant, les choses changent. L’exportateur d’Abaca Firat Kabasakalli a révélé qu’il y avait un pic de demande pour le matériau des fabricants d’EPI dans plusieurs pays, dont la Chine, l’Inde et le Vietnam. Cela signifie que davantage de fabricants prennent en compte le coût environnemental de la production de masques standard. “La prise de conscience des consommateurs est maintenant plus élevée lorsqu’il s’agit de prendre soin de l’environnement”, a déclaré Neil Francis Rafisura, directeur général de Salay Handmade Products Industries, Inc. dans une interview. “Il y a des gens qui paieront une prime pour l’environnement et les produits amicaux. ” À mesure que la demande d’abaca augmente, il est susceptible de devenir également moins cher. Espérons que davantage d’individus tiendront compte de l’impact environnemental continu de la pandémie lorsqu’ils prendront des décisions sur le type d’EPI qu’ils produisent et achètent.

source – Librement traduit de l’anglais par JDBN – crédits photos: Chandni Ganesh – August 18, 2020