Voici un récit des plus émouvants. J’ai commencé ce livre et ne l’ai plus lâché jusqu’à la dernière ligne. Très beau témoignage  qui nous relate 14 années d’accompagnement d’une fille pour sa mère atteinte de la maladie d’Alzheimer. Une très belle et grande histoire d’Amour.

Arrivent d’abord les moments d’interrogation face à des comportements bizarres, la stupéfaction, puis l’angoisse, et, quand le couperet tombe, commence une phase de rejet, même si au fond de soi on sait déjà…

Christèle Bardet nous embarque depuis l’annonce du diagnostic, alors que sa maman n’a que 56 ans, au maintien coûte que coûte à la maison. Pas simple : une organisation avec des fées qui font ce qu’elles peuvent, avec gentillesse, avec respect, avec fidélité. On ne dira jamais assez que ces personnes sont précieuses !

Viendra toujours trop vite, le moment où il n’est plus possible de laisser sa maman sans surveillance 24H/24. Un séjour en famille d’accueil retardera le placement en institution, qui devient vite inéluctable. L’auteure nous fait toucher du doigt l’enfer que vivent les aidants, victimes d’un système infernal.

A la difficulté de devoir « placer sa mère »  en institution avec ce sentiment d’échec face à la maladie, cette énorme culpabilité, s’ajoute des lourdeurs administratives chronophages. En plus de la pression sociale, parfois familiale, un tracas phénoménal, des pertes de temps, des courses effrénées, de la fatigue, rien n’est fait pour alléger le fardeau des familles aidantes.

Cependant, et là, je reconnais bien l’auteur, (hé oui,  j’ai la chance de la connaître !) Christelle Bardet nous démontre que malgré le chagrin, il est possible de  garder de magnifiques souvenirs.

Les scènes les plus déroutantes peuvent devenir drôles, et il est précieux de préserver cette petite lumière qui fait qu’on gardera en soi les bons moments : quand les yeux de celui ou de celle qu’on aime pétillent encore un petit peu.

Bien sûr que devenir la mère de sa propre mère provoque un véritable tsunami émotionnel.

Bien sûr qu’il y a parfois de la peur, de la colère, et bien sur qu’il y a beaucoup de questionnements. Ces malades sont-ils conscients de leur état, souffrent-ils, nous reconnaissent-ils, sont-ils malheureux ? …

De son témoignage, Christelle Bardet nous fait comprendre qu’il faut aussi savoir créer des moments de bonheur. Tout comme elle l’a fait avec ce voyage à St Tropez. Quelle expédition !!! Sa maman ne pèse alors plus que 30Kg, est grabataire, mais avec l’aide d’une de ces fées qui traversent parfois nos chemins de croix, les voilà parties  comme dans un road movie non improvisé, risqué… mais au combien extraordinaire ! Bravo ! Chapeau ! Pas de mots…

Et quelle satisfaction aussi, de se dire qu’au final, elle a bien eu raison de cette folie, qu’elle n’a pas fait ça pour rien, et que cette expérience hallucinante restera à jamais dans son cœur.

Je ne dévoile pas la fin. Tellement pudique, tellement émouvante…A vous de la découvrir !

Lisez ce livre, Nous avons tous dans  notre entourage proche ou plus lointain, quelqu’un qui souffre de cette maladie. Soyons assurés que malgré le naufrage annoncé, des moments forts et heureux peuvent exister, et c’est joliment écrit !

Béatrice Denis, en exclusivité pour le JDBN

Christelle Bardet

 Née en 1975 à Lyon, Christelle Bardet a fait ses études de communication, avant de suivre diverses trajectoires dans la presse magazine, puis dans le secteur médical. Elle est la compagne de Laurent Gerra et gère aujourd’hui la communication d’une société productrice de spectacles. 

A PROPOS DE NOTRE LECTRICE, BÉATRICE DENIS

Lectrice depuis mon enfance, ma vie professionnelle intense, ne m’a pas laissé beaucoup de temps pour avaler tout ce que j’aurais voulu lire.

Restauratrice à Lyon,  j’ai tout au long de mon parcours, fait de fabuleuses rencontres, et cela  a encore accentué cette soif de découvrir, d’apprendre et de partager.

Aujourd’hui entre 2 voyages, je rattrape le temps perdu à ne pas lire.   

C’est comme une frénésie : j’ai toujours une pile de « livres à lire » !

MA CONTRIBUTION AU JDBN :

Tant d’actualités tristes, désespérantes, inquiétantes….

Pour une fois, sans faire l’autruche, et sans oublier le monde dans lequel nous vivons, nous avons le choix de  plonger dans un bain de bonnes nouvelles !

Et ça fait du bien !!!!

Positivons, Partageons, Donnons envie.