Voici un extrait du dernier livre de Louise Hay. Il nous conforte encore et encore sur la nécessité absolue de devenir accro au Journal des Bonnes Nouvelles (héhé) et de fuir les infos anxiogènes.

« Une fois que vous vous serez engagé à vous aimer, vous pourrez devenir très conscient d’une chose : les messages dans les médias. Les émissions de télévision et de radio, ainsi que les magazines et les sites Internet, ont souvent pour objectif de faire de l’argent en renforçant l’idée que vous n’êtes pas assez bien. La publicité s’efforce de vous donner le sentiment que vous êtes moins que l’être parfait que vous êtes, de façon à vous faire acheter des produits ou des services. Elle vient réveiller cette partie de vous qui croit les messages négatifs que vous avez intégrés en grandissant.

Depuis les années 1800, les publicitaires emploient des techniques qui font naître la peur, la culpabilité et la honte, afin de créer un déséquilibre et un acquiescement émotionnel pour atteindre l’objectif qu’ils ont en tête : vous faire acheter un produit. Le résultat final a pour effet de vous couper de vous-même, de sorte que vous ayez le senti- ment que vous avez besoin de quelque chose pour vous rendre acceptable ou meilleur d’une façon ou d’une autre. Dans son livre Mind Programming, Eldon Taylor, un auteur de Hay House, écrit que les publicitaires ont dépensé 149 milliards de dollars en études de marché en 2007 seulement, employant des psychologues et d’autres spécialistes pour découvrir ce qui pousserait les gens à acheter des produits. Selon Taylor, ils savent ce qui nous intéresse et comment manipuler nos choix et notre comportement.

Ces messages de peur, de culpabilité et de honte ont façonné les vies, les décisions et les attitudes de multiples manières. Ces messages négatifs renforcent souvent des choix qui ne sont pas en harmonie avec la santé. Ils vendent un regard tourné vers l’extérieur — sur votre apparence ou ce que les autres pensent de vous — plutôt que vers l’intérieur — sur qui vous êtes et ce qui vous rend merveilleusement unique.

En 2014, dans son allocution au TEDxYouth de San Diego, Caroline Heldman, Ph.D., a dévoilé quelques conclusions sidérantes de son étude sur ce qui se produit quand les publicités médiatiques dépeignent les femmes comme des objets sexuels :

— Le nombre de publicités auxquelles l’individu moyen est exposé a augmenté, pas- sant de 500 par jour dans les années 1970 à 5 000 par jour aujourd’hui. Dans les publi- cités modernes, 96 % des corps objectivés sexuellement sont féminins.

— Les enfants de 8 à 18 ans sont reliés à la technologie en moyenne huit heures par jour, là où les publicitaires peuvent les atteindre. Ces publicités sont devenues plus hyper- sexualisées pour se faire remarquer dans le méli-mélo des autres publicités réclamant l’attention.

— Plus les femmes sont conditionnées à se sentir comme des objets sexuels, plus elles :

  • ont des taux élevés de dépression ;

  • exercent une surveillance sur leur corps, c’est-à-dire qu’elles sont extrêmement conscientes de la façon dont elles sont assises, de l’apparence de leur coiffure, de qui les regarde, et ainsi de suite. La femme moyenne vérifie son corps toutes les 30 secondes ;

  • en viennent à avoir honte de leur corps et à souffrir de troubles alimentaires ;

  • souffrent de dysfonction sexuelle ;

  • ont une faible estime de soi ;

  • ont une moyenne pondérée cumulative (MPC) inférieure à l’école ;

  • sont en compétition avec les autres femmes.
    Ce sont des raisons exceptionnelles pour cesser de consommer des médias préjudiciables et d’acheter des produits qui font la promotion de messages négatifs.

     

 

La bonne nouvelle, si vous êtes une femme, est que vous n’êtes plus obligée d’être soumise à ce conditionnement et que vous pouvez fixer votre attention sur l’amour à la place. En vous éloignant des messages de honte et en renouant avec votre guidance inté- rieure, vous déterminez plus clairement ce que vous voulez vraiment. Vous pouvez choisir de cesser de regarder, de lire et d’écouter la programmation qui sert uniquement à renforcer la pensée négative, et vous attacher à cultiver à la place des pensées positives vous rappelant que vous êtes déjà parfaite, entière et complète maintenant.

Le fait est que nous sommes toujours en train de croître, de changer et d’évoluer, et qu’il est beaucoup plus facile de grandir quand nous pouvons nous accepter et nous aimer dans notre état actuel. Rappelez-vous que vous êtes parfait et aimable exactement tel que vous êtes maintenant. La base la plus stable pour changer est faite d’amour et d’acceptation.

Heather a cherché durant 16 ans des réponses pour réussir à guérir de la boulimie. Et bien qu’elle ait réussi en apparence et ait été très optimiste, elle n’osait pas être heureuse et s’accepter totalement en raison de la honte et de la culpabilité qu’elle vivait à avoir un trouble de l’alimentation. Elle gardait son secret bien caché, craignant que les gens ne l’acceptent pas en l’apprenant.

Un jour, elle a compris que la honte, la culpabilité et la non-acceptation l’empêchaient de jouir pleinement de sa vie. Elle s’est mise à se questionner : Et si je ne guérissais jamais ? Est-ce que je serais capable de m’accepter quand même ? Est-ce que je pourrais peut-être seule- ment goûter les moments précieux de ma vie de toute façon? Et si j’étais capable de m’aimer exactement telle que je suis? Comme vous pouvez l’imaginer, c’était un peu effrayant d’avoir de telles pensées, car nous apprenons en majorité que pour changer, nous ne pouvons pas accepter notre position de départ. Néanmoins, cette prise de conscience a marqué le début du rétablissement de Heather. Dès qu’elle a décidé de s’accepter exactement telle qu’elle était, quelque chose en elle a changé. Elle s’est mise à considérer la vie d’un point de vue plus aimant et plus ouvert. En l’espace d’environ un an, elle a pu faire des liens qui l’ont amenée à guérir. Le fait de s’accepter ne l’a pas empêchée de chercher des réponses — il lui a permis de s’aimer et d’aimer sa vie plus pleinement, ce qui l’a amenée à se rétablir de façon apparemment simple et miraculeuse.

Le changement a pour conséquence que les choses deviennent instables et bougent; par ailleurs, il exige souvent que vous sortiez de votre zone de confort. C’est beaucoup plus difficile à faire si vous êtes retenu et étouffé par la peur, la culpabilité ou la honte. Vous pourriez agir à partir de ces émotions, mais l’effort est rarement durable.

Il est temps d’écarter tous les messages qui vous demandent de faire autre chose que de vous aimer, et de vous concentrer sur la création d’une base stable menant à un changement durable. L’acceptation de soi est un sentiment chaleureux qui peut vous per- mettre de trouver vos propres réponses, au-delà de ce qu’« ils » vous ont dit. Plus vous vous aimez, plus vous êtes guidé vers ce qui est vraiment juste pour vous. »

Louise L. Hay est l’auteur de nombreux best-sellers. Elle anime également des conférences et des ateliers métaphysiques. Depuis plus de 25 ans, Louise a aidé des millions de gens à découvrir et à utiliser leurs propres ressources créatives, afin d’évoluer et de guérir.

Ahlea Khadro a fondé un centre de remise en forme et de longévité qui pratique notamment le yoga, le Pilates, la méditation et la nutrition

Heather Dane est coach santé certifiée, spécialisée dans les maladies chroniques, les addictions et les désordres nutritionnels.

2 COMMENTAIRES