« Les empathes sont à cheval sur deux domaines : le monde extérieur, avec ses messages basés sur la peur, et notre monde intérieur, qui nous relie à notre cœur et à notre âme. » (101)

Lorsque nous utilisons le terme d’empathie dans la vie de tous les jours, celui-ci aurait plutôt tendance à se rapporter à notre capacité à réussir à se mettre à la place de l’autre afin de comprendre sa situation et ses émotions. Une personne empathe est, selon Anita Moorjani : « une personne qui ressent et absorbe les pensées, les émotions et l’énergie des autres. » (9) Elle écrit qu’à peu près 15 à 20% de la population sont des personnes hypersensibles, dont les empathes font partie.

« Le besoin que tout le monde se sente bien avant que vous puissiez vous sentir bien vous- même est un problème encore plus important si vous êtes dans une relation dysfonctionnelle ou codépendante, dans laquelle votre partenaire peut être un puits sans fond de besoins. » Moorjani écrit cela à la page 197 de son livre, ce avec quoi je peux moi-même m’identifier, et, j’en suis certaine, un grand nombre d’entre vous le pourront également – mon empathie n’est pourtant ni forte, ni intense, et je ne me considère pas comme telle. Dans son premier chapitre, l’auteure met à disposition de ses lecteurs et lectrices un quizz d’une trentaine de questions qui permet justement de comprendre si l’on est empathe ou non.

@AnitaMoorjani

Cela se révèle d’une grande utilité car elle explique, chapitre après chapitre, comment se rendre compte que l’on est empathe et comment se gérer lorsque l’on devient trop complaisant (ce que l’auteure appelle de manière cocasse devenir un ‘paillasson’), que l’on s’isole, que l’on a des relations dysfonctionnelles ou encore lorsque l’on aurait tendance à ressentir les émotions et maladies des autres via des sensations physiques chez soi.

Moorjani reconnait deux phases critiques chez les empathes : 1) lorsqu’ils reconnaissent les traits formateurs d’un empathe chez eux et qu’ils en prennent conscience, et 2) lorsqu’ils intègrent leur propre vie et qu’ils maintiennent leur amour de soi et d’un tout. Ces deux phases sont aidées par des exercices personnels que propose Anita Moorjani et qui se résument à trois thèmes principaux : travailler/optimiser/conserver son énergie vitale, améliorer son bien-être et vivre la vie sans la subir.

Sommes toutes, que vous vouliez en apprendre plus sur l’impact de l’empathie profonde sur les individus ou que vous soyez vous-même empathes, ce livre vous apportera une dimension mystique de l’empathie ainsi qu’une dimension humaine et concrète au rapport à l’autre et à nous-même.

LE LIVRE:

Déborah Halifa, en exclusivité pour le JDBN

A propos de Déborah Halifa

“Diplômée d’un master se concentrant sur l’aire culturelle du monde anglophone, je suis actuellement doctorante en biographie féministe.

Pourquoi je contribue au JDBN

Passionnée par l’échange de la connaissance en tout genre, je contribue au JDBN afin d’établir un lien avec les lecteurs et lectrices sur ces mêmes bases.” Déborah Halifa

source: Déborah Halifa – crédit photo: capture pixabay montage JDBN

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.