Toni Morrison (de son vrai nom Chloe Ardelia Wofford), née le à Lorain en Ohio et décédée à New-York ce , est une romancière, essayiste, critique littéraire, dramaturge, librettiste, professeure de littérature et éditrice américaine. Elle est lauréate du prix Pulitzer en 1988 et du prix Nobel de littérature en 1993. Elle est à ce jour la huitième femme et le second auteur afro-américain après Derek Walcott à avoir reçu cette distinction.

C’est le roman Beloved, dont l’édition française remonte à 1989, qui a fait connaître Toni Morrison en France. Mais sa notoriété américaine était venue dix ans plus tôt, coup sur coup, en l’espace de deux romans : (1973) et Le Chant de Salomon (1977).

Quelques belles citations de Toni Morrison:

“C’est la haine qui fait cet effet. Elle consume tout, sauf elle-même, si bien que, quel que soit votre chagrin, votre visage devient exactement le même que celui de votre ennemi.”

 

“Comment est-ce qu’on fait ? Je veux dire, comment est-ce qu’on fait pour que quelqu’un vous aime?”

 

“Celui qui est aimé est dépouillé, neutralisé, figé dans l’éclat de l’oeil intérieur de celui qui aime.”

 

“Recevoir le pouvoir de dominer autrui est chose difficile, s’emparer de force de ce pouvoir est chose erronée, donner ce pouvoir sur soi-même à autrui est chose mauvaise.”

 

“Une armée où les Noirs ont été intégrés, c’est le malheur intégré. Vous allez tous au combat, vous rentrez, on vous traite comme des chiens. Enfin presque. Les chiens, on les traite mieux.”

 

“Tu dis que tu vois des esclaves plus libres que des hommes libres. L’un est un lion dans la peau d’un baudet. L’autre est un baudet dans la peau d’un lion.”

 

“Etant une minorité à la fois comme caste et comme classe, nous vivions sur l’ourlet de la vie, en luttant contre notre faiblesse et en nous battant pour nous accrocher ou pour grimper sans aide dans les grands plis du vêtement.”

 

“La récolte du coton brisait le corps mais rendait l’esprit libre pour des rêves de vengeance, des images de plaisir illégal – voire d’ambitieux projets d’évasion.”

 

“Nous ne façonnons jamais le monde, dit-elle. C’est le monde qui nous façonne.”

 

“Afin d’être aussi libre que possible dans ma propre imagination, je ne peux pas prendre de positions fermées.”

 

“Le sommeil n’était pas fait pour rêver : il servait à rassembler des forces pour les jours à venir.”

 

“À un certain moment de la vie, la beauté du monde suffit. Nul besoin de la photographier, de peindre ou même de garder en mémoire. C’est suffisant.”

 

“S’il y a un livre que tu veux vraiment lire, mais qui n’a pas encore été écrit, alors tu dois l’écrire.”

 

“Si tu veux voler, tu dois renoncer à la m*rde qui te pèse.”

 

“J’ai toujours regardé les actes d’exclusion raciste ou les insultes d’une personne comme pitoyable. Je n’en absorbe aucune. J’ai toujours pensé qu’il y avait quelque chose de déficient chez ces personnes.”

 

“La femme la plus seule au monde est la femme qui n’a aucune amie proche.”

Ses 3 ouvrages cités dans l’introduction:

Source: JDBN – crédit photo: Getty Images/Ringer illustration