Nous avons eu la chance et le plaisir de rencontrer Valérie Motté, auteure du très bel oracle  “Lumière de Fée”. 

Immersion dans le quotidien d’une fée des temps modernes!

Interview

Le JDBN: À l’occasion de la sortie de votre jeu « Lumière de fée » magnifiquement illustré par Stéphanie Roze, pourriez-vous nous expliquer votre processus de création ?

Ce jeu a été inspiré par certaines fées que je canalise. Elles m’ont demandé de transmettre – à travers un nouvel oracle – leurs éclairages. Il est composé de 55 cartes, il y a 5 thématiques de 11 cartes : travail, vie amoureuse, famille-transgénérationnel, karma, spiritualité. Assise à mon bureau, je recevais les informations qui ont permis la réalisation de ce coffret. Le nombre de cartes, les mots de chacune d’elles et leur signification, les catégories, les couleurs du recto, du verso. Quant aux illustrations, les fées nous ont guidées sur la direction à prendre, ensuite Stéphanie a écouté son intuition et a laissé sa créativité se déployer. Quand les fées souhaitaient une modification, je lui donnais l’information. Pour le livret, il a été écrit également par canalisation. Un travail d’équipe en quelque sorte. 

 

Le JDBN: Vous proposez des méthodes de tirage dans le livret d’accompagnement, quels conseils donneriez-vous à celles et ceux qui vont acquérir votre oracle ou qui sont déjà en sa possession ? L’utilisez-vous pour vos propres questionnements ? Comment l’utilisez-vous ?

Je leur conseillerais de se l’approprier et de se laisser guider par leur intuition. Ensuite les propositions de tirage peuvent les éclairer. Oui je l’utilise pour mes propres demandes. Soit je laisse les fées me choisir une ou des cartes. Si j’ai une question dans un domaine précis, je tire une carte dans la thématique concernée.

 

Le JDBN: Vous dites être une fée incarnée, et une médium, expliquez-nous comment vous vous en êtes rendu compte ?

Je suis médium et voyante depuis toute petite mais je l’ai tu pendant des années quand j’ai compris que j’étais la seule à voir, entendre ce que je percevais. De plus, les adultes pensaient que je discutais avec des personnages imaginaires. À la mort de mon petit frère, et de mon père, j’avais 18 ans, ma médiumnité s’est intensifiée, j’ai commencé à lire beaucoup d’ouvrages sur la vie après la mort, sur la vie après la vie, sur la spiritualité puis j’ai rencontré des voyantes, des médiums qui m’ont confortée sur mes capacités extra-sensorielles. J’ai accepté cette partie de moi sans vraiment la révéler. Et puis après la publication de mon premier ouvrage « 1001 signes pour décoder le quotidien » co-écrit avec un ami Frédéric Ploton, aux éditions Jouvence, j’ai dévoilé cette médiumnité. Un jour, j’ai ressenti la présence des fées, que je voyais déjà enfant lors de mes promenades en forêt, elles me demandèrent de partager leurs conseils dans un livre. Très étonnée, j’ai pris note de ce qu’elles me transmettaient, j’ai soumis le projet à mon éditeur de l’époque et l’aventure féerique a commencé ainsi. Lors de la promotion de l’ouvrage « Conseils de fées et potions magiques pour se sentir bien » , je suis allée en Suisse donner des conférences et j’ai compris – grâce notamment au public –  que j’avais quelque chose en moi de différent, mon parcours, mes expériences… Plus je partageais humblement tout ce que ces demoiselles éthérées me délivraient plus je prenais conscience que j’étais une femme fée incarnée. Elles me l’ont d’ailleurs  soufflé. Aujourd’hui, je l’assume et les remercie de cette confiance. Nous portons tous des costumes tout au long de cette incarnation. 

 

Le JDBN: Comment vivez-vous cette crise mondiale ?

Il y a deux façons de l’appréhender, tout dépend de la fréquence sur laquelle nous vibrons. D’un point de vue terrestre, je dois admettre que c’est de plus en plus éprouvant car il y a une hystérie face à cette épidémie qui a un taux de létalité assez bas comparé à d’autres maladies. Les mesures gouvernementales prises me semblent démesurées et tout ce qu’on nous impose est plus qu’inquiétant au niveau de nos libertés fondamentales. Je pense que cette crise est avant tout économique et politique. C’est comme si on cherchait à nous gouverner par la peur et ça fonctionne sur un grand nombre de personnes malheureusement. Dès qu’on ose exprimer un point de vue différent de celui des médias de masse, on est de suite catalogué de complotiste. Très sincèrement c’est affligeant, je ne complote rien, je suis une simple citoyenne, qui s’interroge face à une situation aberrante et qui voit des personnes censurées dès qu’elles partagent des posts, des vidéos qui expriment un point de vue autre que celui de nos chers dirigeants. On nous a beaucoup menti, dit tout et son contraire, à mon sens, ça pose matière à réflexion. On a continué à supprimer des lits alors qu’on nous répétait que la situation était alarmante. On nous culpabilise sans cesse ainsi que les jeunes et les enfants. On nous infantilise lors des discours officiels. Il y a bien longtemps que je n’ai plus confiance en les politiques. Je cherche l’information ailleurs. Il y a trop de conflits d’intérêt et si peu de transparence de la part de certains médecins, dirigeants de groupes de presse, médias… Je suis donc sceptique sur leurs expertises. Je suis bien évidemment en compassion avec toutes les personnes qui ont perdu un proche et qui n’ont même pas pu l’accompagner lors de son dernier voyage, envers celles qui sont malades ou qui ont encore des séquelles et envers celles qui sont cristallisées dans la peur. 

Par ailleurs, je me sens privilégiée car j’ai eu la chance de signer des contrats d’édition à une période où pour beaucoup tout s’arrêtait. Mes autres activités se sont ralenties mais ma créativité s’est déployée, j’ai poursuivi mes différentes rencontres lumineuses et féeriques sur mon site, je me suis adaptée en fonction des confinements et des différentes mesures sanitaires. Depuis des années, je vis dans la précarité, mes choix professionnels que j’assume m’ont finalement préparée à cette crise. J’ai toujours privilégiée la voie de mon âme plutôt que celle de mon mental. C’est beaucoup moins douloureux à vivre pour moi même si ce qui se trame en coulisses est effrayant d’après mes amies les fées. L’ombre et la lumière.

D’un point de vue spirituel, la période que nous vivons est extraordinaire car elle nous permet de nous connecter à notre âme, de nous délester de tout ce que nous ne voulons plus, de nous brancher sur la fréquence de l’amour inconditionnel et de sortir de nos conditionnements et des peurs. Quitter l’avoir pour l’être. La vie nous invite à créer une nouvelle société plus juste et équitable, à changer de paradigme, énergétiquement ça se ressent. D’ailleurs, mon champ relationnel a évolué. Des proches sortent de ma vie de façon naturelle, sans heurts, d’autres y entrent. Il est vital de se connecter au vivant sous toutes ses formes car nous sommes tous reliés que nous le voulions ou non. Se reconnecter à l’essentiel. Je crois que nous choisissons notre incarnation, ce que nous allons expérimenter et avec qui alors cette crise nous offre la possibilité de nous réaligner et d’avancer en conscience, de nous repositionner. Et de choisir le combat que nous souhaitons mener pour les générations futures mais de façon pacifique. La violence n’a jamais fait partie de mon univers.

En août 2020, j’avais canalisé un message des fées concernant cette épidémie. Il résume bien ce que je ressens.

https://valeriemotte.com/message-monde-feerique-16-08-20/

 

Le JDBN: Quel regard portez-vous sur le développement personnel aujourd’hui en France ? Trouvez-vous que le monde a changé ? En quoi ?

En quelques années, ce courant a explosé et il est devenu un marché important. Un signe, peut-être, que les consciences évoluent et que prendre soin de soi devient une priorité. Encore faut-il faire le tri parmi tout ce qui nous est proposé. Écouter ce qui vibre en soi est le plus important. Une technique parlera à certains mais pas forcément à d’autres, on a la chance d’avoir une variété de propositions d’accompagnement et certains outils sont gratuits. Chacun devrait pouvoir trouver ce qui peut l’aider. Faire appel à un psychologue, et/ou un thérapeute est essentiel quand les blessures, les traumatismes sont trop souffrants. Aujourd’hui, on parle plus librement de spiritualité, de médiumnité, des minéraux, du chamanisme, de magnétisme – d’ailleurs certains services hospitaliers font appel à ces coupeurs de feu pour soulager des effets secondaires les personnes en chimiothérapie, radiothérapie. Une façon d’approcher une médecine intégrative. Il reste cependant encore du chemin à faire mais ça bouge malgré tout. 

Vous avez travaillé dans beaucoup de domaines où la créativité est omniprésente (télé, radio, blog, autrice de nombreux ouvrages…). Diriez-vous que la créativité est une façon concrète de faire marcher votre intuition médiumnique ?

Je dirais que la créativité c’est la vie. Elle permet de me poser ici et maintenant dans l’instant présent, d’écouter ce que me dicte mon âme qui pétille de joie et lâche prise sur le résultat à chaque création. Elle offre une confiance en la source, en l’univers… une connexion céleste. Ma médiumnité s’active quand je reçois des messages par canalisation mais je crée aussi sans celle-ci. 

 

Le JDBN: Quelle est votre « daily routine », racontez-nous une journée type dans le monde des fées ?

Je ne peux vous raconter que ce que je vis, d’autres pourraient exprimer une vérité différente. Dès mon réveil, je dis bonjour à haute voix à tout ce qui m’entoure (du visible à l’invisible), j’ouvre mes volets, ma fenêtre en grand et je remercie la vie pour cette nouvelle journée qui s’annonce. Ensuite je fais un rituel où j’envoie de l’amour à l’univers, à notre terre mère, à chaque être vivant, à chaque âme, aux anges, aux fées, à mes proches, et je termine par mes différents corps et cellules. Je raconte ceci dans le Grimoire féerique qui est paru en octobre dernier aux éditions Pygmalion. Ce livre illustré par Cathy Delanssay invite à colorer nos vies via des thèmes chers aux fées, s’émerveiller, bien s’ancrer, aimer, donner, pardonner, remercier… Je fais toujours une méditation, le matin ou/et le soir en fonction du temps que j’ai et puis avant de m’endormir je fais mon rituel de gratitude. J’ai un carnet posé sur ma table de nuit dans lequel je remercie pour tout ce que j’ai expérimenté. Même si la journée a été difficile, je trouve toujours des points positifs.

 

Le JDBN: Votre rituel préféré ?

Avant chacun de mes repas, je remercie l’univers de me donner que ce qui est bon pour mon corps et mes cellules et je remercie chaque être vivant qui permet ce déjeuner, dîner, goûter… Ça m’invite à faire chaque chose en conscience et dans le respect de toute la chaîne alimentaire. Quand je suis accompagnée, je le fais intérieurement, seule, j’ai tendance à le dire à haute voix.

 

Le JDBN: Avez-vous une fée de prédilection, une fée plus présente que les autres à vos côtés ?

Non, j’en vois rarement une seule, elles sont quasi toujours en groupe. Et je les vois telle la fée Clochette.

Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui rêve de rentrer en contact avec les fées mais ne sait pas comment s’y prendre ?

Dans un premier temps, il est important de croire en leur présence, de les remercier de bien vouloir se montrer et de les respecter. D’ouvrir les portes de son cœur et de faire taire le mental, de ne pas avoir peur de les ressentir. Lors de balade en forêt, dans un parc ou dans un jardin, vous pouvez leur demander de se manifester, de vous faire un signe. Il est possible que vous ressentiez un souffle derrière vos oreilles ou que vous voyiez un halo de lumière, un scintillement voler autour de vous. Et si ce n’est pas le cas, ne désespérez pas, recommencez une prochaine fois. Si vous êtes sincère dans votre intention, elles se montreront probablement ou se feront ressentir.

 

Le JDBN: Avez-vous un message à transmettre à nos lecteurs concernant l’avenir ?

Je ne peux partager que ce que j’applique mais bien sûr ne prenez que si ça résonne en vous. Chacun a son libre-arbitre. L’essentiel est de se connecter à l’instant présent, d’écouter son cœur afin de rayonner la joie et l’amour inconditionnel. Faire des choses qui font du bien permet de maintenir un taux vibratoire élevé. S’émerveiller devant un coucher de soleil, déguster une tasse de thé, méditer… Bien s’ancrer pour pouvoir traverser le tsunami dans lequel nous avançons. Se respecter et respecter l’autre. Remercier la vie, vos proches…

Je vous joins les messages des fées, trois cartes du coffret sont tombées pour vous. Elles vous recommandent de méditer sous la forme que vous préférez (il n’y a pas de règles établies, la position du lotus n’est pas obligatoire), d’écouter votre enfant intérieur, de le chérir et de vous connecter à votre lumière et à celle de la vie.

Les 3 cartes que j’ai tirées : méditation, enfant intérieur et lumière.

LE JEU:

Valérie Motté

– Le site de Valérie Motté : www.valeriemotte.com

– Insta : valeriemottelumieredefee

– Facebook : valérie motté

source: JDBN – crédits photos: Avec l’aimable autorisation de Valérie Motté – JDBN