Jane Fonda s’exprime sur Instagram :

“En mai 2018, j’ai prononcé ce discours lors de la conférence United States of Women à Los Angeles, après laquelle j’ai présenté Patrisse Cullors. Patrisse est le co-fondateur de Black Lives Matters, un auteur à succès de NYTimes, un artiste et fondateur de Dignity et Power Now. Vous pouvez visiter son instagram ici: @osopepatrisse. Le discours se concentre sur l’incarcération de masse et j’espère que vous le lirez car c’est une fenêtre sur les défis uniques auxquels sont confrontés les Noirs américains: “

Discours de la United States of Women mai 2018

“Lorsque Trump a été élu et que le fondement toxique de la suprématie blanche dans ce pays a été exposé, j’ai réalisé quelque chose de nouveau. J’ai été impliquée dans des mouvements progressifs presque toute ma vie d’adulte, mais parce que je suis blanche, l’objectif à travers lequel j’avais regardé la race était déformé.

Il faut plus que de l’empathie, il faut même commencer à comprendre à quoi les personnes de couleur, quelle que soit leur classe, font face à chaque instant de chaque jour, et à quel degré de privilège, tout à fait inconsciemment, jouit ceux d’entre nous qui sont nés blancs – même les les plus pauvres d’entre nous.

Imaginez que vous êtes une mère célibataire blanche de 3 fils, travaillant 2, parfois 3 emplois pour joindre les deux bouts. Vous êtes constamment fatiguée et stressée. Vous espérez que vous réussirez à les faire terminer leurs études secondaires en un seul morceau. On est un fumeur de pot, mais ne vous inquiétez pas trop, c’est des trucs d’adolescents réguliers. Vous priez pour qu’une clinique de réadaptation promise ouvre bientôt dans votre ville afin que votre autre fils, accro aux opioïdes, puisse recevoir un traitement approprié à temps.

Imaginez maintenant que vous êtes une mère noire célibataire de 3 fils, occupant plusieurs emplois. Vous êtes constamment fatiguée et stressée. Vous espérez que vous réussirez à les faire terminer leurs études secondaires en un seul morceau. Mais cela ne s’arrête pas là. Vous vous demandez si vous les ferez réussir au lycée parce que seulement 50% des jeunes hommes noirs terminent leur 8e année. Vous vous inquiétez du fait que l’on fume des pots parce que les prisons sont remplies de jeunes hommes noirs trouvés en possession de quelques onces de marijuana.

Dans le logement de la section 8 où vous vivez, la police armée est une présence constante. Vous avancez chaque jour avec le goût de la peur dans la bouche, la peur que l’un de vos fils se fasse tirer dessus en rentrant chez lui parce qu’il a sorti un téléphone portable de sa poche. Et personne ne sera puni. Où vous vivez, les jeunes hommes noirs sont par définition des «ennuis»; où vous vivez, toutes les drogues signifient une activité criminelle.

La toxicomanie dans votre communauté n’est pas considérée comme une crise de santé publique ou une crise d’identité existentielle; aucune clinique ne sera construite dans votre quartier. Si l’un de vos fils est reconnu coupable de sa petite cachette de pot et emprisonné, il n’est plus admissible aux bons d’alimentation ou aux prêts étudiants. Dans votre état, il ne peut pas voter, et il est obligé de cocher la case criminel sur les demandes d’emploi – ce qui signifie qu’il n’est pas embauché. Après avoir été en prison, il peut être arrêté et fouillé par la police pour n’importe quelle raison, ou sans raison, et renvoyé en prison pour la plus petite des infractions.

Parce qu’il est noir, une once ou deux de marijuana signifie qu’il est exclu de la société et de l’économie traditionnelles pour le reste de sa vie. Ce n’est pas seulement vos fils qui sont en danger. Ce sont vos filles, c’est vous-même. Les femmes et les filles de couleur sont la population qui croît le plus rapidement dans les prisons américaines, représentant 30% de toutes les femmes incarcérées aux États-Unis, bien que seulement 13% de la population féminine en général. Le taux de croissance de l’emprisonnement des femmes a dépassé celui des hommes de plus de 50%. Pourtant, les expériences de ces femmes sont rarement mises en avant dans les plans de lutte contre la violence raciale étatique dans les communautés de couleur.

Rien de tout cela n’est un accident. Cela fait partie d’une stratégie développée en réponse aux gains réalisés par les Noirs pendant le mouvement des droits civiques, tout comme le premier Jim Crow a été créé en réponse aux gains réalisés par d’anciens esclaves lors de la reconstruction. C’est ce qu’on appelle la guerre contre la drogue, et cela a fait passer notre population carcérale de 500 000 en 1980 à plus de 2,5 millions aujourd’hui. La guerre contre la drogue a été intentionnellement conçue pour maintenir un nouveau système de castes raciales – sans jamais être accusé de racisme.

John Ehrlichman, chef de la politique intérieure nationale de Nixon, a déclaré à propos de la position de l’administration sur les Noirs: «Nous savions que nous ne pouvions pas rendre illégal le fait d’être noir, mais en amenant le public à associer les Noirs à l’héroïne, puis à les criminaliser fortement, nous pourrait perturber leurs communautés. Savions-nous que nous mentions? Bien sûr, nous l’avons fait. » Les Blancs doivent oser imaginer les réalités habitées par les personnes de couleur. Non seulement parce que c’est la chose morale à faire, mais parce que nous sommes tous, touchés par le racisme.

L’esclavage institutionnalisé a taché la fondation de notre République et le racisme systémique sature toujours son âme. Dans les années 1600, nous avons enlevé et importé des Africains non anglophones pour bâtir l’économie de ce pays – le Sud et le Nord. Afin de nous nommer Démocratie et de parler de «liberté et liberté pour tous», nous avons pensé que nous devions asservir ces personnes, les rendre juridiquement non humaines, en se basant simplement sur la couleur de la peau. Si les Noirs ne sont pas humains, les asservir n’est pas hypocrite.

L’esclavage était une méthode de création de richesse. C’est pourquoi le racisme et la hiérarchie des classes ne peuvent pas être séparés. De plus, les esclaves étaient la seule propriété qui se propageait, produisant plus de propriété, plus d’enrichissement. C’est pourquoi le racisme et le sexisme ne peuvent pas être séparés. Le racisme permet au 1% de tromper la classe ouvrière blanche en lui faisant croire que même s’ils souffrent, au moins d’autres sont moins bien lotis.

Le racisme est ce qui empêche les Blancs pauvres et ouvriers de s’aligner sur les Noirs pour identifier et renverser leur ennemi commun. Lorsque le Legacy Museum on Peace and Justice, le premier mémorial à la mémoire des victimes du lynchage, a ouvert ses portes à Montgomery, en Alabama en 2018, un homme blanc a été cité en disant: «Ils devraient simplement surmonter l’esclavage.» Mais il est toujours vivant, avec nous sous une variété de formes flagrantes et subtiles. Une nouvelle itération est l’incarcération de masse: rassembler des milliers de personnes de couleur pour des actes présumés qui sont pratiquement ignorés s’ils sont commis par des Blancs, effaçant ceux qui sont incarcérés à perpétuité du discours national, ce qui rend le travail incarcéré pour les salaires d’esclaves fabriquant des produits pour nos plus grandes sociétés, les produits que nous achetons sans même savoir d’où ils viennent.

Construire davantage de prisons et les remplir de Noirs et de bruns maintient le nouveau système de castes raciales, tout en niant tout cela est lié à la race. On nous dit que cela crée des emplois et on nous dit que cela arrête le crime. Il est facile pour les Blancs de croire cela et encore plus facile pour les Blancs de regarder dans l’autre sens. Mais ça n’arrête pas le crime. En brisant les réseaux sociaux déjà fragiles, en séparant les familles et en créant une sous-classe permanente d’Américains désespérés et inemployables, la guerre contre la drogue et l’incarcération de masse ont en fait fait plus pour créer le crime.

Nous avons dû mener une guerre civile pour mettre fin à l’esclavage; nous avons dû forger un mouvement pour les droits civiques pour mettre fin à Jim Crow (au moins formellement). Pour mettre fin au nouveau Jim Crow, le système d’incarcération de masse, nous devons, une fois pour toutes, mettre fin à la guerre contre la drogue et à la construction de nouvelles prisons. Et nous ne devons plus jamais permettre le remplacement d’un système de castes raciales par un autre, aussi bien déguisé soit-il. Cela nécessitera de vider les prisons de nos propres esprits et de libérer les idées courageuses et les nouvelles solutions si longtemps emprisonnées là-bas. “

Jane Fonda.

Source – Librement traduit de l’anglais par JDBN – crédit photo: With Patrisse Cullors from Harpers Bazaar Oct 2018