Première publication 27 mai 2015 à 16h16
 
 
Par Anne Préfontaine | TVA Sherbrooke

 

Un adolescent de Victoriaville, un autiste qualifié de haut niveau au quotient intellectuel élevé, se classe parmi les 15 meilleurs paranageurs de sa catégorie au Québec. Son entraîneur et plusieurs observateurs estiment que Benjamin Désilets est un espoir en natation pour les Jeux paralympiques de Tokyo en 2020.

 

Benjamin Désilets, 14 ans, surdoué en mathématiques et en sciences cumule les bourses et les médailles dans les compétitions provinciales. Son entraîneur, John Mcleod, le voit très loin.

 

«Benjamin est incroyable. C’est tout un athlète. Pour les Jeux paralympiques de 2016, c’est trop tôt, il est trop jeune. Mais pour 2020 à Tokyo, s’il continue de s’améliorer ainsi, il a une chance.»

 

Modeste, Benjamin préfère ne pas en parler, du moins pour l’instant.

 

«Je suis encore jeune, tout ce que je peux dire, c’est que j’aimerais aller loin.»

 

«Il a une mémoire photographique très grande et un bon sens de l’observation, raconte sa mère, Geneviève Poudrier. Ses qualités l’aident en natation parce qu’il écoute à la lettre ce que son entraîneur lui dit. C’est pour ça qu’il fait de beaux exploits comme ça.»

 

L’athlète qui s’entraîne presque tous les jours en piscine peut reproduire à l’échelle des plans d’infrastructures et faire des calculs mentaux incroyables dans un temps record. Benjamin évolue dans une classe régulière.

 

«La lecture, c’est ma faiblesse.»

 

Lorsqu’on lui demande s’il se trouve différent des autres, il répond du tac au tac :

 

«Non, je ne me trouve pas différent des autres.»

 

Sa mère réplique :

 

«On ne fait jamais notre deuil d’avoir un enfant différent des autres, on apprend à vivre avec ça. Lui aussi a appris à vivre avec ça.»

 

Benjamin pourrait bientôt participer à des compétitions nationales et aux États-Unis.

 

«Il est une source d’inspiration pour les autres nageurs et pour moi», conclut fièrement son entraîneur.

source: http://tvanouvelles.ca