Cyclik fabrique des vélos sur mesure en bambou

À 31 ans, Félix Hebert réinvente le vélo écologique en bambou et made in France. Cet ancien cycliste quasi professionnel et ex-étudiant en économie a créé son entreprise, “Cyclik”.

Il aurait pu être cycliste professionnel, il est devenu chef d’entreprise. Sans pour autant abandonner la petite reine, bien au contraire. Félix Hebert, 31 ans, conçoit dans son atelier de Bel Air Camp, des vélos sur mesure en bambou.

Cycliste depuis l’âge de 7 ans et avec dix ans de compétitions au compteur, il aurait pu passer au niveau professionnel. Mais il a abandonné, provisoirement, ce projet pour se consacrer à ses études à Lyon… Après son master 2 d’économie en 2014, il intègre une entreprise d’audit où il travaille en tant que consultant pendant deux ans. Mais il se rend rapidement compte que ce milieu ne lui convient pas. Il fait alors le choix de revenir à ses fondamentaux : sa passion pour le vélo.

Le bambou, c’est confortable

Félix Hebert lance en octobre 2016 son projet entrepreneurial, sous le nom de “ Cyclik”. Sa petite entreprise est spécialisée dans la fabrication de vélos sur mesure avec des produits locaux, 100 % made in France. « J’avais envie de créer une start-up qui avait du sens pour moi, une forte valeur qui cumulait mes études avec la gestion d’entreprise », indique-t-il.

Étant un passionné du vélo, Felix Hebert a quelques fois des maux de dos, de bras. Ces symptômes sont dus au cadre carbone des vélos. Toutes les vibrations de la route sont retransmises dans le corps, ce qui entraîne des douleurs dans les membres supérieurs.

Après avoir mené quelques recherches, il découvre une matière naturelle, le bambou, qui a les mêmes caractéristiques que le carbone mais offre un rendu plus confortable.

« Je voulais fabriquer mon propre vélo. J’ai utilisé une matière végétale comme le bambou, car il absorbe les vibrations, ce qui donne un effet confortable. Dans le même temps, au niveau de la rigidité, du rendement du vélo, c’est l’équivalent au carbone », explique Félix Hebert.

De 3 000 à 5 000 € pièce

Une cinquantaine d’heures lui suffisent pour réaliser un vélo personnalisé dont le cadre est en bambou, originaire du Gard. Les parties de jonction sont en lin, qui provient de Normandie, avec de la résine qui permet d’agglomérer le lin et de le coller à la tige de bambou.

Après avoir obtenu la certification européenne ISO 4 210 en mars 2017, l’artisan-startuper se lance aussitôt dans la partie commercialisation. Quelques exemplaires sont vendus la même année. Les prix varient de 3 000 à 5 000 €. La santé a un prix !

Chaque vélo est adapté à la morphologie et au gabarit de son client. Ce qui donne un côté authentique et personnalisé à chaque produit. « Je réalise des vélos qui ressemblent à mes clients, quelque chose d’unique et d’atypique », conclut Félix Hébert.

Atelier dans le Bel Air Camp, 11, avenue de Bel-Air (uniquement sur rendez-vous) contact@cyclik.fr

Source – crédit photo: capture