On trouve sur internet quantité de calendriers lunaires appliqués aux conseils capillaires. Une coupe en phase de lune croissante (entre nouvelle et pleine lune) accélérerait la repousse des cheveux, alors qu’une coupe en phase décroissante la ralentirait.

Les signes du zodiaque auraient aussi voix au chapitre : des cheveux fins pousseraient plus épais et vigoureux si on les a taillés les jours où la Lune transite devant les constellations du Lion ou de la Vierge !

De quoi faire s’arracher les cheveux à n’importe quel scientifique.

Toutes sortes de croyances à propos des effets physiologiques de la Lune remontent à l’Antiquité et reposent sur l’interprétation de la nature.

A commencer par l’observation des marées : si la Lune peut provoquer le soulèvement des océans, que ne doit-elle produire sur nous et les plantes, composés en majorité d’eau ?

C’est sur ces croyances qu’ont été développées les théories de la biodynamie (appliquée aux plantes) ou celle des « marées biologiques », du psychiatre Anold Lieber (1978).

Les physiciens objectent qu’à l’échelle de notre corps, ou d’une plante, les forces d’attraction qu’exerce la Lune sont négligeables : des millions de fois plus faibles que la caresse du vent ou une légère variation de température…

Mais, comme on le lit sur le site d’un célèbre fabricant de shampooings et teintures: « Qu’on y croie ou pas, ça ne coûte rien d’essayer ! ».

Pour aller plus loin avec les cycles lunaires le JDBN vous suggère:

Source – crédit photo: pixabay