La question de l’égalité de rémunération a été à l’honneur depuis que l’USWNT a déposé une plainte fédérale pour discrimination fondée sur le sexe contre la Fédération américaine de football, alléguant des préjugés dans les revenus et les conditions de travail.

La Confédération brésilienne de football (CBF) et la Fédération anglaise de football (FA) ont annoncé la semaine dernière que leurs équipes nationales féminines recevraient le même salaire que leurs homologues masculins. (…) Cette décision est intervenue après que plusieurs joueuses de haut niveau des deux équipes nationales féminines aient fermement plaidé pour l’égalité de rémunération. (…)

“Ce que les hommes recevront lors de la prochaine Coupe du monde (2022) sera proportionnellement égal à ce qui est proposé par la FIFA. Il n’y a plus de différence entre les sexes; la CBF traite les hommes et les femmes sur un pied d’égalité”, a dit Caboclo. Ce développement est une victoire personnelle pour des joueuses comme la légendaire Marta Vieira da Silva qui, dans un discours passionné après la sortie du Brésil de la Coupe du monde féminine de la FIFA 2019, a appelé son pays à se rassembler autour du football féminin. “C’est ce que je demande à toutes les filles brésiliennes”, a-t-elle dit les larmes aux yeux, rapporte Forbes. “L’avenir du football féminin dépend de vous pour survivre. Il en veut plus.”

Marta, qui détient le record du meilleur buteur de tous les temps dans l’histoire des tournois (hommes ou femmes), a été l’une des voix les plus fortes dans l’appel à l’autonomisation des femmes et au football pour l’égalité. “Nous essayons de représenter les femmes et de montrer comment les femmes peuvent jouer n’importe quel type de rôle”, a-t-elle déclaré après avoir marqué son but record en Coupe du monde contre l’Italie. “Toutes les équipes ici, nous représentons toutes les femmes. Soyons clair, ce n’est pas seulement dans le sport.”

Le Brésil et l’Angleterre font partis des derniers à s’orienter vers l’égalité salariale, sur les traces de la Nouvelle-Zélande et de la Norvège, qui ont également déjà agi pour combler l’écart de rémunération entre leurs équipes masculines et féminines. Pendant ce temps, l’instance dirigeante du football australien a déclaré en novembre qu’elle avait conclu une nouvelle convention collective avec le syndicat des joueurs sur la réduction de l’écart. Les États-Unis, cependant, sont considérablement en retard sur la question, car le procès de l’USWNT a été rejeté par un juge fédéral en mai et une offre d’appel immédiat de la décision a été rejetée.

source – Librement traduit de l’anglais par JDBN – crédit photo: Jisha Joseph – 7 Septembre 2020