La perte de goût et d’odeur est peut-être l’un des symptômes de maladie les plus courants mais dont on parle le moins. C’est un effet secondaire courant à long terme de certains traitements contre le cancer, mais qui se produit également à court terme pour les personnes atteintes d’un mauvais rhume ou de la grippe. Et bien sûr, il est maintenant connu pour être l’un des nombreux symptômes associés au COVID-19.

Bien que la perte de goût ou d’odeur soit généralement un symptôme d’une maladie sous-jacente et n’ait pas de conséquences immédiates sur la santé en soi, elle peut rendre difficile pour les gens d’avoir une alimentation saine et adéquate. Ne pas pouvoir savourer de la nourriture ternit vraiment l’incitation à bien manger! La bonne nouvelle? Il y a des choses que vous pouvez faire pour vous assurer d’obtenir les nutriments dont vous avez besoin, même si vous ne pouvez pas goûter les aliments comme vous le faites habituellement.

Causes de la perte de votre sens du goût et / ou de l’odorat.

«Notre capacité à sentir provient des fonctions d’un nerf crânien spécifique, et le goût implique les fonctions de nombreux nerfs, y compris des nerfs crâniens spécifiques», explique Caroline West Passerrello, porte-parole de l’Académie de nutrition et diététique. “Le goût et l’odorat peuvent être affectés individuellement ou simultanément, et la gravité peut aller d’une légère déficience à une perte complète.”

Les deux sens diminuent naturellement avec l’âge, bien que la vitesse à laquelle cela se produit varie d’une personne à l’autre. Le tabagisme atténue également notre sens du goût et de l’odorat, et le tabagisme chronique peut entraîner une baisse significative des deux au fil du temps.

Mais il existe d’autres causes immédiates plus spécifiques de troubles de l’olfaction (odeur) et de la gustation (goût). “L’inflammation de la muqueuse nasale et des sinus, qui peut survenir lorsque votre corps se défend contre des virus comme le rhume ou le coronavirus, est associée à une olfaction altérée”, explique Passerrello. «Les tumeurs, les traumatismes crâniens et certains médicaments peuvent également altérer notre capacité à goûter et à sentir», dit-elle. Cela peut se produire avec de nombreux médicaments, mais est particulièrement grave et courant en chimiothérapie et en radiothérapie pour le traitement du cancer.

Conseils pour maintenir une alimentation équilibrée

Il est recommandé de suivre ce conseil en remplissant la moitié de votre assiette avec des légumes ou des fruits, un quart avec des protéines et un quart avec de l’amidon (de préférence des grains entiers, des féculents, des haricots ou des légumineuses).

Attention à ne pas trop saler ou sucrer.

Essayez plutôt d’utiliser des acides comme le jus de citron ou le vinaigre pour assaisonner les aliments. L’acide est une saveur très forte qui transparaît même lorsque le goût ou l’odeur sont altérés, et il n’ajoute pas de sodium, de sucre ou de calories. Il peut également être utile de consommer beaucoup d’épices. Le poivre noir, le piment (si vous aimez les plats épicés), la cannelle, le cumin, l’ail en poudre et le gingembre peuvent tous ajouter des saveurs fortes qui pourraient apparaître même avec un sens du goût ou de l’odorat diminué.

Et le plus important, si vous trouvez vos plats beaux, vous les trouverez bons!

Par exemple, si vous aimez les salades, mettez au moins 7 ingrédients de couleurs différentes dans votre assiette. 

Fuyez les plats préparés et industriels. Faits-vous plaisir et rappelez-vous… Ne dit-on pas: “L’appétit vient en mangeant” ?

Bonne popote à toutes et à tous!

source – avec JDBN – Librement traduit de l’anglais par JDBN – crédit photo: pixabay et eatingwell.com