La poule landaise dératicator avale jusqu’à 300 tiques par heure !

Sud-Gironde – Sur sa propriété de Bazas, Camille Estrade élève une poule landaise particulière : elle a la vertu d’éradiquer les colonies de tiques. Une approche sanitaire écologique.

Au printemps 2014, Camille Estrade, qui gère une écurie de propriétaires à proximité de Bazas, doit faire face à un problème sanitaire plus aigu que d’habitude : sur huit chevaux au pré, cinq développent une piroplasmose, maladie transmise par la tique et qui nécessite un traitement urgent et coûteux.

Biologiste de formation, Camille Estrade commence à réfléchir à une solution pour éradiquer les tiques à proximité de son élevage. Les prairies sont bordées de zones forestières et de friches attractives pour les colonies de tiques, vecteurs de maladies pour les chevaux et les humains. Or, la tique a quelques prédateurs naturels, comme les hérissons, des oiseaux, des lézards et… les poules. « Dans un milieu favorable, une poule peut manger jusqu’à 300 tiques par heure. Il fallait donc trouver la bonne poule ».

« Ça marche »

La poule landaise dératicator – puisqu’il s’agit d’elle – vit en liberté, est robuste et dort dans les arbres. L’espèce est menacée mais quelques éleveurs s’attachent à la sauver. Camille Estrade engage alors un partenariat avec le Conservatoire des races d’Aquitaine et l’association de la Poule Landaise. Elle accueille les premiers volatiles chargés de décontaminer la prairie et les bois alentours. Et ça marche : l’objectif « zéro véto » pour les urgences parasitaires est atteint.

Sélection rigoureuse

La poule landaise se reconnaît à ses plumes noires, sa crête rouge, un médaillon blanc à jaune selon son alimentation, un œil noir, bille de jais et le dessous des pattes ocre. Camille Estrade opère chaque année une sélection génétique rigoureuse pour s’en approcher le plus possible.

La poule landaise est une très bonne pondeuse mais la quête des œufs est parfois compliquée : les nids sont disséminés dans la paille, le foin, la grange… Et toujours éprise de liberté, la poule landaise laisse volontiers une fanchette couver à sa place. Quoi qu’il en soit, Camille Estrade apprend chaque jour de ses poules pour leur offrir les conditions les plus favorables à leur élevage et à leur reproduction.

Vente d’adultes et d’œufs fécondés au 05 56 25 68 45 ou www.zone-r.org

Un reportage signé Sophie Marquette du Républicain, journal local du Sud-Gironde et du Lot-et-Garonne.

Suivez l’actualité sur le site autonomie alimentaire 2020 :
http://www.autonomiealimentaire2020.info/une-approche-sani…/

Source

crédit photo: capture