Accueil Les beaux endroits aux 4 coins du monde. Le plus grand et le plus ancien monument maya découvert dans le...

Le plus grand et le plus ancien monument maya découvert dans le sud du Mexique

0

Des archéologues ont annoncé avoir découvert un monument maya inconnu sur un site localisé dans le sud du Mexique et appelé Aguada Fénix. Construite il y a près de 3 000 ans, la structure constituerait la plus ancienne et la plus vaste identifiée jusqu’ici.

C’est un nouveau trésor de la civilisation maya qui vient de sortir de terre au Mexique. Dans la région de Tabasco, à proximité de la frontière avec le Guatemala, des archéologues viennent de révéler l’existence d’un monument inconnu. Une immense structure localisée sur un site appelé Aguada Fénix et dont l’histoire remonterait à près de 3 000 ans.

Selon l’étude publiée dans la revue Nature, la structure s’étend sur 1.400 mètres de long, sur 10 à 15 mètres de haut et comprend un réseau de neuf chaussées. Des mensurations qui feraient du site maya le plus grand jamais identifié. Plus important encore, les analyses menées par les scientifiques suggèrent que sa construction remonterait à entre 1000 et 800 avant Jésus Christ.

En plus d’être le plus vaste, le monument serait ainsi également le plus vieux jamais identifié, rivalisant avec le site de Seibal au Guatemala construit autour de 950 avant J.-C. “A notre connaissance, c’est la construction monumentale la plus ancienne découverte dans la région maya et la plus grande de l’histoire pré-hispanique de cette région“, explique l’équipe internationale de chercheurs dans son rapport.

Révélé grâce à une technologie laser

Pourtant, l’existence de cet immense site était insoupçonné avant que les spécialistes ne fassent appel à la technologie. C’est en effet grâce à une technique laser appelée lidar (pour Light detection and ranging) qu’ils ont mis en évidence l’existence de ces vestiges cachés sous terre. Celle-ci permet d’analyser le sol et la topographie en utilisant des impulsions laser envoyées à distance depuis un aéronef.

En utilisant l’analyse lidar à basse résolution collectée par le gouvernement mexicain, nous avons remarqué cette immense plateforme. Alors nous avons réalisé une étude lidar à haute résolution et confirmé la présence d’un énorme bâtiment“, a expliqué dans un communiqué Takeshi Inomata, archéologue de l’université de l’Arizona qui a dirigé les recherches.

Vue aérienne du site Aguada Fénix dans la région de Tabasco au Mexique. © Takeshi Inomata

La découverte est apparue d’autant plus surprenante que la région est loin d’être déserte ou reculée. “Cette zone est développée – ce n’est pas la jungle, des habitants vivent ici – mais le site était inconnu parce qu’il est très plat et immense. Il ressemble juste à un paysage naturel. Mais avec le lidar, il est réapparu comme une structure très aménagée“, a-t-il poursuivi.

Si les recherches sont loin d’être terminées, le site d’Aguada Fénix a déjà révélé des informations précieuses sur les Mayas de l’époque. Au vu de sa structure et des constructions plus petites qui l’entourent, les archéologues pensent que le monument constituait un centre cérémoniel et que sa plateforme était utilisée pour mener des rituels.

Les rituels impliquaient probablement des processions le long des chaussées et le rassemblement d’un grand nombre de personnes au niveau de la place rectangulaire“, a indiqué l’archéologue à CNN, précisant que quelques artéfacts précieux dont des haches en jade ont été trouvés sur le site. “C’était un lieu de rassemblement pour la communauté, ce qui a probablement motivé à le construire”.

Les archéologues ont trouvé plusieurs artéfacts sur le site maya dont des objets en jade et une sculpture représentant un animal. Inomata, T. et al., Nature

Car ériger Aguada Fénix, dont le volume total dépasse celui de la Grande pyramide d’Egypte, a représenté une tâche considérable. D’après l’équipe, entre 3,2 et 4,3 millions de mètres cubes de terre ont été utilisés, nécessitant le travail de 10 à 13 millions de jours-hommes de travail. “Il a probablement fallu des milliers de personnes“, a confirmé au New Scientist la spécialiste Daniela Triadan, co-auteur de l’étude.

Une découverte qui bouscule les théories

Jusqu’ici, les archéologues pensaient que la civilisation maya s’était développée progressivement, d’abord sous la forme de petits villages entre 1000 et 350 avant J.-C avant l’apparition de cités plus importantes. Ils supposaient également que le passage à une vie plus sédentaire avait ouvert la voie vers les rassemblements rituels. Mais la découverte d’Aguada Fénix tend à bousculer ce scénario.

Selon l’étude, aucune structure résidentielle n’a été identifiée sur le site même, ce qui suggère que ses visiteurs vivaient une vie au moins en partie nomade. “Il est probable que de nombreuses personnes issues des régions voisines se réunissaient ici pour des occasions spéciales, peut-être en lien avec les cycles calendaires“, a avancé Takeshi Inomata.

La description du site présente des similarités avec les sites de San Lorenzo et La Venta construits par une autre civilisation plus ancienne, les Olmèques. Mais les archéologues ont constaté l’absence de sculptures en pierre représentant des dirigeants ou membres de l’élite. Un manque qui suggère qu’Aguada Fénix aurait été érigé “sans élite puissante” et avec une meilleure égalité sociale.

Image en 3D du site Aguada Fénix obtenue à partie des données de l’analyse lidar. © Takeshi Inomata

Durant les périodes plus tardives, le travail était ordonné par des dirigeants et des systèmes administratifs puissants. Mais ce site est bien plus ancien, et nous n’avons aucune trace de la présence d’élites puissantes. Nous pensons qu’il est davantage le résultat d’un travail communautaire“, a exposé l’archéologue. Une autre conclusion qui bouscule les théories jusqu’ici établies.

Elle suggère en effet qu’un gouvernement ou un système bien organisé n’était pas nécessairement indispensable pour mettre en oeuvre de tels projets de construction. “Ce type de connaissance nous livre d’importantes implications sur les capacités humaines, et le potentiel des groupes humains. Les humains peuvent coopérer pour obtenir des résultats extraordinaires“, a-t-il poursuivi.

Des recherches à poursuivre

Cette découverte pourrait également alimenter le débat sur la façon dont les Mayas se sont développés, de façon indépendante ou en lien, avec la civilisation olmèque. Pour en savoir plus, Takeshi Inomata et ses collègues prévoient de mener une nouvelle analyse lidar pour étudier les environs d’Aguada Fénix situé à quelques centaines de kilomètres à l’est des anciens centres olmèques.

En poursuivant les recherches, ils espèrent également en apprendre davantage sur les Mayas qui fréquentaient le monument et la façon dont ils vivaient.

source – crédit photo: En menant une analyse laser au Mexique, des archéologues ont mis en évidence un immense site maya inconnu.© Takeshi Inomata