Var Matin nous informe…

Immanquables pensionnaires de la Provence, les cigales risquent de chanter en plus grand nombre cette année. Un phénomène peut-être agaçant mais normal en cas de forte chaleur.

Elle squatte nos nappes, nos dessous-de-table ou encore nos magnets de frigo…

La cigale fait partie des éternels symboles du Sud, dont le chant annonce aux touristes leur arrivée en terre méditerranéenne.

Et cette année est très bruyante. En cause: les hausses des températures qui s’installent durablement.

“Tout comme de nombreux insectes, le nombre de cigales est en proportion de la chaleur”, explique Jean Mateo directeur de l’association d’amateurs d’insectes Vespiland. Selon lui, “plus il fait chaud, plus c’est la saison propice pour la reproduction et plus elles chantent fort”.

Il est donc difficile d’estimer la population de cigales pour l’été. Mais, en se fondant sur les prévisions de Météo France, on peut s’attendre à un accroissement intense de la population d’insectes à la mi-août.

 

UN CHANT AUSSI FORT QU’UNE TRONÇONNEUSE!

Seuls les mâles chantent… pour attirer les femelles! Un processus qu’on appelle la cymbalisation.

“Quand la température atteint 22°C, poursuit l’entomologiste, des muscles présents sous l’abdomen de l’insecte stimulent des cymbales miniatures, c’est automatique.”

Le bruit de ces insectes peut paraître dépaysant pour certains mais il faut savoir que certaines espèces (cicadae orni) peuvent produire, quand elles sont en essaim, un bruit équivalent à 90 dB, soit celui d’une tronçonneuse!

Mais le professeur Mateo rassure: “Comme tout dépend de la chaleur, la plupart des chants s’arrêtent aux environs de 22 heures, quand la température chute. Rien ne sert d’essayer de les éloigner, elles sont complètement insensibles aux bruits extérieurs”.

Une solution pour s’isoler, s’éloigner du… Sud ! Un choix s’impose. Mais bon, quand on y pense, il y a bien pire que ça non?

CIGALE, GRILLON, CRIQUET: QUELLES DIFFÉRENCES?

Même bruit, même bête!

Nombreux sont ceux qui tombent dans ce raccourci entomologiste. Pourtant, tout éloigne ces deux bestioles.

Déjà à l’œil nu, on peut noter une différence entre les orthoptères (ailes droites en grec) que sont criquets et grillons, et les homoptères que sont les cigales. Ces dernières arborant quatre longues ailes membraneuses.

Vient ensuite la question du chant. Encore une fois tout est question de nom.

Alors que la cigale cymbalise, le grillon (ci-dessus) et le criquet (ci-dessous) stridulent. Ces deux derniers frottent à vive allure leurs ailes postérieures, appelées élytres, contre leur abdomen. Cela sert, tout comme la cigale, à l’accouplement des espèces, mais aussi pour marquer son territoire et défier d’autres mâles.

Là où les trois insectes se rejoignent, c’est bien sûr leur rapport avec l’être humain. Aucune nocivité pour l’homme!

crédit photo: À gauche une cigale lyriste, la plus abondante dans la région. À droite, la cigale orni est peut-être la plus bruyante en raison de la synchronisation de son chant. Photo Jean Mateo et DR