Enregistré sur les vols MH370 et MH17, Maarten de Jonge a changé au dernier moment chacun de ses billets d’avion.

C’est un coup de chance littéralement incroyable, celui que même les grands gagnants du Loto n’ont pas. Maarten de Jonge, un Néerlandais de 29 ans, n’a remporté aucun pactole mais, en quatre mois, il a échappé deux fois à une mort certaine. Enregistré sur les deux vols accidentés de la Malaysia Airlines, le MH17, abattu par un missile le 17 juillet au-dessus de l’Ukraine, et leMH370, disparu au-dessus de l’océan Indien en mars dernier, il a les deux fois annulé ses billets au dernier moment. Des décisions qui n’ont pourtant rien à voir avec les prémonitions des filmsDestination finale, dans lesquels les protagonistes déjouent les plans de la mort.

 

Le 8 mars dernier, le coureur de l’équipe malaisienne Terengganu Cycling était arrivé en avance pour prendre le vol MH370 de Kuala Lumpur à Pékin et, souhaitant éviter une escale, avait choisi de prendre le vol précédent. Cinquante minutes seulement séparaient les deux avions. Une décision qui a sauvé une première fois la vie de Maarten de Jonge, le vol MH370 ayant disparu des écrans radars au large du Vietnam deux heures après son décollage. Quatre mois et demi plus tard, le mystère reste entier sur le sort des 239 personnes qui étaient à son bord. «Tout le monde m’appelait pour savoir si j’étais encore en vie. C’est vraiment bizarre, car je vois encore les gens qui allaient prendre ce vol discuter dans le hall. Ils ont pris la même porte que moi…», a déclaré à l’époque le cycliste à des médias de son pays.

 

Double coup du destin

Le 17 juillet dernier, nouveau coup du destin pour Maarten de Jonge. Lui qui devait prendre le vol MH17 pour regagner Kuala Lumpur après un séjour à Amsterdam a choisi au dernier moment de retarder son retour. «J’ai choisi un vol qui partait dimanche parce qu’il était 300 euros moins cher. Il restait une seule place de libre, que j’ai immédiatement réservée. Vouloir faire des économies m’a en fait sauvé la vie», a expliqué le sportif. Le vol MH17 a été abattu par un missile lors de sa traversée du ciel de l’Est ukrainien.

Devenu célèbre pour sa chance, Maarten de Jonge tente désormais de retrouver l’anonymat. Dans un communiqué sur son site officiel, le Néerlandais explique ne plus vouloir «répondre aux très nombreuses sollicitations des radios et des télévisions». «Ce qui s’est passé est terrible. Par respect pour les victimes et leurs familles, je ne pense pas qu’il soit approprié de s’attarder sur mon histoire», rédige-t-il.

À la question de savoir s’il remonterait à bord d’un avion de la Malaysia Airlines, le miraculé a répondu aux médias néerlandais: «J’ai eu de la chance deux fois, pourquoi pas une troisième…»

Une incroyable chance qui rappelle que certaines familles ont, elles, été doublement endeuillées par ces vols malaisiens. Des Australiens ont ainsi perdu quatre membres de leur famille en l’espace de quatre mois. Kaylene Mann, née Burrows, a perdu sa belle-fille et le mari de celle-ci dans le drame du vol MH17 après avoir perdu son frère et sa belle-sœur dans la disparition du vol MH370.

Clémence Lesacq