Une autre sécheresse…

Une autre famine…

Rien de nouveau.

Des millions de personnes sont au bord de la famine…

Est-ce que quelqu’un s’en inquiète encore?

Mais parfois, il semble que c’est juste un titre dans les nouvelles, loin de nous et de notre attention.

Ce n’est pas un gros titre, c’est la réalité.

Dans quelques années, il y aura 10 milliards de personnes sur terre…

Combien vont encore souffrir de la faim?

Une crise alimentaire après l’autre.

Le nombre de personnes affamées à travers le monde est en hausse.

Et les causes? Sécheresses… inondations…

Mais aussi nos guerres… nos conflits et notre violence.

Ce n’est pas normal …

Nous sommes responsables.

Alors, quelle sorte d’avenir nous attend ?

On pourrait presque dire, l’homme est la cause de la famine et de la faim…

Mais si c’était vrai…

Pourrait-on nous aussi changer les choses ?

Nous avons un avenir alimentaire, ou pas d’avenir du tout.

Si nous ne changeons pas les choses, qui le fera?

Il y a assez de nourriture pour tout le monde.

Donc il est important de respecter notre nourriture, ceux qui la produisent, et ceux qui n’ont pas assez à manger.

Imaginez un avenir dans lequel chaque personne sur terre pourrait avoir une alimentation nourrissante chaque jour.

Un avenir où quitter sa maison peut être un choix.

Et où tous les agriculteurs peuvent semer leurs graines pour un avenir meilleur et durable.

Et si tout le monde avait le pouvoir d’assurer cet avenir … aujourd’hui.

Un seul avenir est possible, à nous de choisir à quoi il va ressembler.

Peu importe qui nous sommes et où nous sommes …

Nous voulons tous la même chose.

Nos actions sont notre avenir.

Un monde Faim Zéro est possible si nous travaillons ensemble.

Subscribe! http://www.youtube.com/subscription_c…

Follow #UNFAO on social media! 

Facebook – https://www.facebook.com/UNFAO 

Google+ – https://plus.google.com/+UNFAO 

Instagram – https://instagram.com/unfao/ 

LinkedIn – https://www.linkedin.com/company/fao 

Twitter – http://www.twitter.com/faoknowledge

© FAO: http://www.fao.org

crédit photo: capture