Des questions restaient sans réponses pour pouvoir trouver une explication rationnelle au flétrissement du bout des doigts. Pourquoi uniquement les mains et les pieds ? Pourquoi uniquement les extrémités ? Pourquoi cela ne concerne que les êtres humains et les macaques ? On pensait alors à un phénomène de diffusion de l’eau à travers la peau qui provoquerait le gonflement des couches sous-jacentes. Mais cela n’expliquait pas pourquoi seules les extrémités étaient les seules régions du corps concernées.

Selon les scientifiques et les chercheurs en neurobiologie, ce phénomène permet en fait une meilleure évacuation de l’eau pour une meilleure adhérence des extrémités en milieu humide. En effet, les empreintes digitales seules sont trop fines et ne peuvent pas évacuer correctement l’eau, qui reste piégée entre un objet et le doigt. Naturellement, les bouts des doigts vont se plisser pour provoquer un meilleur drainage et une meilleure prise sur les objets, un peu comme le font les pneumatiques automobiles pour éviter l’aquaplaning.

Cette conclusion est arrivée après examen de 28 photos de doigts fripés sous l’eau. Il s’est avéré que la totalité des doigts présentait un modèle commun d’organisation des rides, comme un formidable réseau organisé de la même façon pour que dans tous les cas, l’eau s’évacue de manière efficace.

source: DAVID LOUVET-ROSSI – 26 octobre 2014