La Haye (AFP) – Les Pays-Bas ont annoncé lundi qu’ils allaient interdire totalement le commerce d’ivoire brut, à l’occasion de la présentation des résultats d’une importante opération contre le trafic d’espèces animales et végétales en danger.

La loi néerlandaise actuellement en vigueur autorise la vente d’ivoire brut, comme des défenses d’éléphant, doté d’un certificat de l’Union européenne prouvant l’ancienneté de sa présence dans l’UE et son entrée entre 1947 et 1990.

« A partir du 1er mars 2019 (…) la vente d’ivoire brut depuis et dans les Pays-Bas ne sera plus possible », a déclaré la ministre néerlandaise de l’Agriculture Carola Schouten.

« Cette mesure intervient parce qu’avec l’ivoire brut il est très difficile de distinguer l’ivoire ancien du nouveau », a-t-elle expliqué dans une lettre au Parlement.

La législation actuelle avait été mise en place peu de temps après l’interdiction en 1989 du commerce international de l’ivoire par la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction).

L’ivoire importé avant 1947 n’avait pas besoin de certificat, selon la radio-télévision publique néerlandaise NOS, mais « l’ivoire acheté récemment est souvent +vieilli+, par exemple en utilisant des feuilles de thé, et vendu sur Marktplaats », site néerlandais de petites annonces.

En interdisant toutes les ventes d’ivoire brut, « nous réduisons les pratiques illégales », a souligné Mme Schouten.

La ministre a également dévoilé les résultats d’une opération nationale de lutte contre le commerce illégal d’espèces en danger qui a impliqué deux mois durant la police, les douanes et les inspecteurs des services de sécurité alimentaire.

De septembre à novembre, l’ »opération Toucan » a permis la saisie de milliers de cactus venus du Panama et du Pérou et dépourvus des documents adéquats d’importation, ainsi que de toutes sortes d’animaux exotiques.

Six boas constricteurs, envoyés par la poste depuis les Etats-Unis ou bien un ouistiti et un singe capucin venus comme animaux de compagnie avec deux toucans morts arrivés d’Uruguay figurent parmi les saisies, selon la ministre.

La police néerlandaise et les inspecteurs ont également confisqué sept kilogrammes d’ivoire sur un marché de collectionneurs à Utrecht (centre).

Selon un rapport de la CITES d’octobre 2017, le braconnage d’éléphants en Afrique a chuté en 2016 pour la cinquième année consécutive mais le commerce illégal d’ivoire a atteint des records la même année avec des saisies totalisant près de 40 tonnes, au plus haut depuis l’interdiction de 1989.

Plusieurs pays de l’UE ont accéléré leurs efforts pour lutter contre le commerce de l’ivoire. La France a durci en 2016 sa législation et interdit le commerce d’ivoire brut. Le Royaume-Uni a annoncé en avril vouloir également mettre en place cette interdiction et la Belgique a lancé en mai une grande campagne pour récupérer les objets d’ivoire des particuliers intitulée « Sors tes dents ».

Depuis le 1er juillet 2017, la Commission européenne recommande aux Etats membres de ne plus délivrer de documents d’exportation pour l’ivoire brut. Le Parlement européen fait pression pour interdire totalement le commerce de l’ivoire.

© AFP – crédit photo: pixabay