La vie ne tient parfois qu’à un fil. Un habitant de Vandœuvre de 50 ans peut en témoigner. Il était parti se balader, samedi après-midi, le long du canal, à Ludres. Il avait pris son chien avec lui.

 

A un moment donné, l’animal a sauté dans l’eau. Voyant qu’il n’arrivait pas à remonter, son maître s’est à son tour mis à l’eau pour le sauver. Mais lui non plus n’est pas parvenu à remonter. La berge est en effet constituée d’une sorte de muret d’environ un mètre, légèrement incliné, qu’il n’est pas facile d’escalader. Car il est fait de pierres humides recouvertes de mousses. Impossible de trouver une prise et de se hisser.

 

Le quinquagénaire de Vandœuvre a essayé, essayé et encore essayé de sortir de l’eau. En vain. Il s’est épuisé. Comme ce samedi, la température était plutôt hivernale (7° sur la terre ferme et autour de 2 ou 3° dans l’eau), l’homme a aussi commencé à s’engourdir et à glisser dans un état d’hypothermie.

 

Mais, alors que sa situation était désespérée et qu’il était voué à se noyer, il a eu un double coup de chance. D’une part, une voiture de police est passée, pile à ce moment-là, à une centaine de mètres, sur le pont de la rue Augustin-Fresnel. Le hasard d’une patrouille. D’autre part, les trois policiers qui étaient à bord, ont regardé du bon côté. Ils ont remarqué qu’une tête dépassait de l’eau. Ils se sont arrêtés et précipités au secours de la victime.

 

Sauvetage épique du chien et de son maître

Le pont où les gardiens de la paix se trouvaient surplombe le canal et il n’y a aucun passage pour gagner le chemin de halage qui longe la rive. Les trois policiers ont donc dû dévaler une pente d’une dizaine de mètres, au milieu des arbres et des buissons.

 

Puis, une fois sur le chemin de halage, ils ont sprinté pour rejoindre l’homme en péril. Ce dernier maintenait d’une main son chien hors de l’eau et tentait, avec son autre main d’agripper la rive. Mais il était à bout de forces et avait tendance à « faire le bouchon », c’est-à-dire à couler puis à faire des efforts désespérés pour remonter à la surface.

 

Depuis le chemin de halage, les trois policiers ont décidé de se tenir les uns et les autres pour faire la chaîne et approcher le plus près possible du bord de l’eau. Arrivés tout près du quinquagénaire, ils ont été gênés par son chien qui s’accrochait à lui et empêchait tout sauvetage.

 

Les policiers ont donc dû d’abord saisir l’animal et le hisser sur la rive. Sain et sauf. Puis, ils ont tenté d’utiliser sa laisse pour secourir son maître. Ils lui en ont jeté un bout. Mais, terrassé par la fatigue et le froid, il a été incapable de s’en saisir.

 

Les policiers ont donc refait la chaîne pour essayer de l’atteindre. L’un d’eux a saisi la main du quinquagénaire. Mais il n’est pas parvenu à le hisser complètement hors de l’eau. Ses collègues ont toutefois réussi à saisir son autre main puis son pantalon. Et en conjuguant leurs efforts, les policiers ont enfin réussi à l’arracher au canal.

 

Une fois qu’ils l’ont sorti de l’eau, ils l’ont frictionné, lui ont ôté ses habits mouillés et mis des vêtements secs. Les pompiers sont ensuite arrivés pour prendre en charge le miraculé. Il a été conduit à l’hôpital Central. Histoire de passer des examens médicaux de contrôle et de s’assurer qu’il n’a aucune séquelle de son passage dans l’eau glacée, hormis une grosse frayeur. Pendant ce temps-là, son épouse a récupéré son chien qui est, lui aussi, indemne.

 

Christophe GOBIN

source: http://www.estrepublicain.fr