Détenu dans un appartement de cité à Noisy-le-Sec (93) et sauvé par la Fondation 30 Millions d’Amis (10/10/2017), King a retrouvé la terre de ses ancêtres. Nous l’avons suivi pas à pas durant cet incroyable voyage.

Ce courageux lionceau sera passé par tous les états. De l’enfermement dans un appartement insalubre à la liberté retrouvée dans une réserve sud-africaine en passant par le refuge de l’Arche (Mayenne). Sans parler du transit par le centre belge de Natuurhulpcentrum et les plus de 13 000 km et 15 heures de vol vers Paterson, près de Port Elizabeth, où il va enfin trouver le bonheur.

Près d’un an après son sauvetage par la Fondation 30 Millions d’Amis, King peut profiter de la terre de ses ancêtres.

Enfermé dans un appartement de cité

Exhibé sur le réseau social Snapchat avec un collier étrangleur autour du cou, le jeune félin avait été retrouvé dans une cage et secouru par la Fondation 30 Millions d’Amis et les pompiers de Paris, dans une cité de Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis (10/10/2017). Acheté à un cirque, celui qui s’appelait alors Pito était retenu à l’intérieur de l’appartement insalubre visiblement mal nourri et déshydraté. Son tortionnaire n’a toujours pas été jugé à l’heure actuelle et l’affaire reste en instruction. Interpellé en octobre 2017 pour « détention non autorisée d’espèce animale », il avait toutefois avoué avoir « loué » le lionceau pour le faire tourner dans un clip.

Le jeune King nage en plein bonheur / © Born Free

Un long voyage pour une nouvelle vie

Après avoir été recueilli au refuge de l’Arche, en Mayenne, King a été pris en charge par le centre belge Natuurhulpcentrum, partenaire de la Fondation 30 Millions d’Amis. Depuis plusieurs mois, l’établissement espérait le transférer à la réserve  Shamwari, en Afrique du Sud. C’est grâce à l’appel de Born Free que ce souhait a été exaucé. « Nous avons entendu parler du sauvetage réalisé par la Fondation 30 Millions d’Amis et le refuge de l’Arche par Natuurhulpcentrum, nous a expliqué Chris Draper, responsable du bien-être et de la captivité chez Born Free, une organisation britannique de conservation des animaux sauvages. Nous avons donc tout fait pour aider la Fondation 30 Millions d’amis à le ramener en Afrique du Sud. J’ai personnellement voyagé avec King et vu chaque étape de son séjour afin que son bien-être soit optimal. Il peut désormais commencer une nouvelle vie. »

Arrivée émue sur la terre de ses ancêtres

Loin des mauvais traitements subis, King a donc atterri dans l’immense réserve Shamwari, en Afrique du Sud. Une juste récompense pour le brave lionceau qui a courageusement affronté ce long périple. Ses premiers pas dans cet espace de 25 000 hectares ont ému leur hôte. « King a retrouvé la terre de ses ancêtres, se réjouit Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis. Mais pour un petit lion sauvé, ce sont des centaines d’animaux détenus dans des cirques et chez des particuliers illégalement. Il faut vraiment que les pouvoirs publics prennent les décisions nécessaires. »

King n’est malheureusement pas le premier lionceau à être exploité dans un environnement aussi inadapté, ni même à être maltraité. Sous la pression du public il est inéluctable que la présence d’animaux sauvages dans les cirques soit interdit. Il faut donc préparer  cette transition tant pour les animaux que pour les artistes dès aujourd’hui en interdisant notamment l’élevage de fauves en France et en Europe  à destination des cirques (le pauvre King était issu de ce genre d’élevage).

Par ailleurs il faut savoir que le sinistre commerce d’animaux sauvages est la 3e activité illégale la plus lucrative après la drogue et les armes. Pas moins de 500 000 animaux en sont victimes chaque année et plus de 150 milliards d’euros seraient en jeu “détention non autorisée d’espèce animale”, d’après Interpol.

Source – crédit photo: capture