Grâce à plusieurs phénomènes astronomiques successifs, la lune n’a jamais été mise autant en vedette. Elle a rarement été aussi imposante et lumineuse, elle sera même rouge dans la nuit de dimanche à lundi pour ceux qui l’observeront entre 2h et 7h du matin.

 

Mais qu’en retient-on ? La Tour Eiffel aussi scintille et peut virer au bleu et au rouge, c’est joli, c’est poétique, c’est ludique, and « so what » ?

 

On comprendra l’agitation de notre sommeil, l’ambiance électrique ambiante, l’énervement des animaux, et les naissances plus élevées que d’habitude. On aura eu sans doute quelque prises de conscience, facilitées par la lueur de la nuit plus claire qu’à l’accoutumée.

 

On retiendra sans doute qu’une fois de plus les prophètes avaient tort et que la fin du monde n’est pas encore arrivée. Que le tout marketing de la rationalité vulgarisée a encore gagné.

 

Mais encore ?

 

Les astronomes cherchent à connaître la forme du ciel, les astrologues en recherchent humblement le sens, puisque de la même façon que, comme le dit la Table d’Emeraude, « ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas », ce qui est à l’extérieur est comme ce qui est à l’intérieur, et ce qui est à l’intérieur est comme ce qui est à l’extérieur.

 

Donc , qu’a cette lune de si particulier dans la psyché pour que l’on en parle autant, malgré tout ?

 

Toutes les cultures et mythes sont unanimes sur le symbole archétypal du féminin qu’elle représente, la puissance créatrice, l’origine du monde.

 

Lorsque la nature s’exprime, il conviendrait peut-être de se demander en quoi elle fait écho à notre nature profonde. Voilà peut-être un rendez-vous à ne pas rater avec la lune rouge, celui de se demander où l’on en est avec elle.

 

Pas de sa réussite et de sa représentation sociale mais de son processus créatif, de son élan vital relié à son intuition profonde, incarné par la lune notre mère à tous.

 

Mon âme est-elle nourrit correctement ? Qu’est-ce qui saigne en ce monde que je refuse de voir ? Qu’est-ce qui saigne en moi ? Où en suis-je dans ma relation au féminin, aux femmes, à toutes celles qui m’ont précédé(e), m’entourent et m’animent ?

 

Une solution pour arrêter l’hémorragie des sentiments, c’est de se relier à la Lune de manière inconditionnelle, de s’y rallier, corps, cœur et âme.

 

De regarder la lune, de lui parler, de la voir croître et décroître, de reconnaître son cycle et de reconnaître le sien en l’intégrant dans le grand cycle éternel de la vie. De reconnaître ses besoins profonds, vitaux, intrinsèques et inaliénables, pourtant si souvent sacrifiés au nom du surmoi, de la pensée rationnelle, du monde stérile de la séduction et du paraître. D’instaurer un dialogue ininterrompu avec son intuition profonde. De choisir le monde fertile des émotions et des sentiments. Et de ne cesser de le faire grandir, au profit de sa réalisation et de la révélation de son potentiel.

 

Alors, dans la nuit de dimanche à lundi, ne dormez-pas, regardez et écoutez !

 

Sophie Keller, en exclusivité pour le JBN.

Capture d’écran 2015-09-27 à 13.36.08

 

A PROPOS DE L’AUTEUR: SOPHIE KELLER

Parallèlement à un parcours professionnel dans la sphère juridico­ administrative

française, Sophie Keller s’est consacrée à l’étude de la psycho­astrologie au sein

d’AGAPE, un organisme qui a la réputation d’enseigner l’astrologie de la façon la

plus éthique et rationnelle possible, où elle en est sortie diplômée à l’issue d’un

cursus de 4 années. Elle s’y consacre aujourd’hui entièrement et travaille en France

et en Suisse où elle vit.

 

SOPHIE KELLER: POURQUOI J’INTERVIENS DANS LE JBN?

« Les bonnes nouvelles permettent de se relier instantanément à une énergie positive.

Elles donnent le sourire et rendent le bonheur tangible en réconciliant avec « le cours naturel des choses qui fait bien les choses ».

En cela, le JBN est un messager joyeux et intelligent qui apporte le supplément d’optimisme indispensable au service du mieux-être.

Y contribuer c’est apporter ma petite brique cosmique à cet édifice. »

 

crédit photo: http://weheartit.com/