Le JDBN vous traduit ici une vidéo d’un petit garçon qui sait vraiment bien s’y prendre avec les animaux.

Adorable.

« Deacon est un peu celui qui murmure à l’oreille des animaux. Tu dis bonjour, chéri ? »

« Bonjour ! »

« Il est le seul de la maison qui peut prendre un de nos chats dans ses bras, le bercer, lui chanter une chanson… Moi, je suis bien incapable d’obtenir le même résultat ! »

Deacon et sa maman recueillent des animaux de la ferme. Son meilleur ami, c’est cet agneau.

« C’est William, ton meilleur copain, hein ? Quand on a recueilli William, il avait deux jours. Au début, il vivait avec nous, dans la maison. Il était si petit, il fallait lui donner le biberon. Quand Deacon m’a vu faire une fois, il a voulu prendre le relais ! Et ils sont devenus les meilleurs amis du monde. A chaque fois que William doit sortir, Deacon se met à pleurer… Il voudrait que Deacon vive tout le temps avec nous dans la maison. »

Même si William est son plus vieil ami, Deacon adore faire la connaissance des nouveaux petits protégés.

« Ah, il est trop mignon ! »

« Elliot est un petit cochon que l’on a trouvé et acheté, il était absolument terrifié par les êtres humains quand on l’a recueilli. Deacon voulait qu’ils deviennent copains et qu’ils jouent ensemble. Il me disait chaque jour qu’il voulait faire des bisous à Elliot. Et il est arrivé !

Deacon aide Elliot à se sentir bien dans sa nouvelle maison et s’assure que tous les animaux aient leur dose d’amour.

« Les animaux l’adorent, il sait s’y prendre avec eux… pour un enfant si jeune, il est vraiment très généreux. »

La vidéo en anglais:

Page Facebook du refuge 

Traduit de l’anglais par Geraldine Guillier en exclusivité pour le Journal des Bonnes Nouvelles.

Géraldine exerce la profession de professeur d’anglais depuis 17 ans.

C’est une couverture car en réalité, elle est passionnée de mots, français et anglais.

Elle en lit, en écrit, en traduit et passe une grande partie de son temps à essayer de les faire swinguer à l’aide de son stylo.

Elle aime avoir les mains dans l’essence de térébenthine, les gravures de mode des années 20, les cheveux de son fils ou les poils de sa chienne et de son chat.

 

MA CONTRIBUTION AU JDBN

Je suis très fière d’apporter par la traduction un coup de main au JDBN, qui a le courage de nous montrer l’existence par le versant ensoleillé.

C’est une belle et élégante démarche.

« Ce n’est pas parce que la vie n’est pas élégante qu’il faut se conduire comme elle».

crédit photo: capture