Indigo, une plateforme digitale d’entraide sociale est en train de voir le jour et compte lancer un défi mondial sans précédent : créer la monnaie de la générosité.  

Cette monnaie, le Digo, fonctionne selon un principe simple : « plus tu donnes, plus tu es riche »

Besoin d’un bien ou d’un service ? Envie d’offrir un peu de son temps pour aider une association ? Indigo concentrera toutes les bonnes volontés et nous aidera à vivre sous le signe de la solidarité et du partage.

Rencontre avec Stéphane de Freitas, fer de lance d’Indigo.

indigo1

Stephane de Freitas, vous avez crée l’association « La Coopérative Indigo ». Parlez- nous de cette structure qui place l’humain au centre de ses actions…

Je suis artiste et mon univers s’intéresse au rapprochement des opposés. La série indigo résulte justement de ce mélange harmonieux du rouge et du bleu.

Cette philosophie m’a poussé à réfléchir à ce besoin de réunir les opposés, dans la vie de tous les jours.

Notre génération est la plus interconnectée de l’histoire de l’humanité. Dans ce moment de transition historique, l’ère du réseau permet de bâtir une société plus « horizontale » où les individus peuvent interagir plus facilement entre eux.

Pourtant cette période de (r)évolution amène aussi son lot de doutes, de peurs et donc de repli sur soi ou sur sa communauté. C’est un paradoxe troublant.

Comme toute phase de rupture, la déconstruction permet de bâtir sur des fondations positives.

Je souhaitais donc œuvrer sur le terrain social, afin de revenir à des valeurs humaines telles que le partage, l’entraide et la communication. Faire tomber les barrières sociales, culturelles, pour retrouver l’envie de toucher l’Humain dans sa propre essence.

J’ai ainsi créé une association à but non lucratif en 2012 qui porte le nom de « La Coopérative Indigo ». Avec mes acolytes, nous avons mis en place des actions pour retisser du lien social.

Elles se déclinent sous trois formes.

La première concerne le temps de la réflexion : tables de discussion pour confronter les idées et les solutions qu’offre la société collaborative et participative dans tous les domaines (éducation, économie, art..)

La seconde est liée à la prise de parole citoyenne par des actions concrètes. Le programme « Eloquentia», développé dans les collèges et universités du département de Seine Saint Denis est une formation à la prise de parole en public sous diverses formes : rap, poésie, danse…

De grands artistes tels que Mathieu Chedid, Michèle Laroque ou Edouard Baer participent à ces actions. Un documentaire, qui sortira au printemps 2016 sur France tv, va d’ailleurs retracer cette belle aventure. À noter que des entreprises de renom soutiennent le programme « Eloquentia ».

Durant tout ce temps où nous avons agi pour « mieux vivre ensemble », nous nous sommes dit qu’il était temps de donner un coup d’accélérateur et de donner vie à un système d’entraide qui pouvait révolutionner les mentalités.

Ainsi a germé le concept de la plateforme Indigo. Celle-ci verra officiellement le jour au mois de mai et elle aura une dimension internationale.

 

 Indigo2-1

 

Quel sera le mode de fonctionnement de la plateforme Indigo ?

Elle est basée sur une « monnaie » bienveillante -le Digo- qui n’est pas convertible dans notre système économique. Son principe est simple : offrir de son temps et ses biens aux membres de la communauté pour recevoir des Digos. Ces derniers permettent ensuite d’obtenir à son tour ce dont on a besoin.

Plus un membre donnera aux autres, plus il deviendra riche en Digos et donc plus il pourra recevoir. Lorsque nous avons pensé à ce système d’échange, nous nous sommes demandé pourquoi il n’existait pas encore, tant il était évident et sain ! (sourires)

Au-delà de son aspect pratique, ce système a une portée philosophique et en ce sens, nous espérons qu’il changera le monde.

Sur la plateforme Indigo, les membres pourront demander tous types de services (bricolage, aide à la personne, cours de musique ou de français…etc), et de biens, et en retour, ils pourront proposer leurs talents, leurs savoir-faire et les biens dont ils n’ont pas l’utilité. Cependant les services rendus ne pourront être que des coups de main ponctuels et non devenir une activité professionnelle en soi.

Nous sommes déjà très impliqués dans la vie associative à travers les initiatives que nous portons, et nous savons par expérience que le tissu associatif en général a besoin de soutien et de bénévoles.

C’est pourquoi nous avons ouvert cette plateforme aux associations. Celles-ci pourront devenir membres et nous faire part de leurs besoins, en matériel ou en personnel. De l’autre côté, certains membres pourront leur proposer leur aide.

Précisons que notre plateforme sera gratuite, elle ne revendra pas les données de nos utilisateurs et elle n’hébergera pas de publicité. Nous souhaitons démontrer que nous pouvons vivre autrement, sans être écrasés en toutes circonstances par ces questions d’argent.

Indigo sera lancé à l’échelle mondiale car de nombreuses demandes ont jailli des quatre coins du monde. Nous avons ouvert des bureaux dans de nombreux pays comme en Grèce, au Portugal et en Côte d’Ivoire  où des bénévoles se sont manifestés pour animer des communautés Indigo.

Pour l’heure, nous sommes en phase de test. Quelques ajustements sont en cours. C’est une sorte d’économie parallèle que nous sommes en train de mettre en place. Vous pouvez imaginer qu’en amont, nous avons une machine très lourde à mettre en marche.

 

À noter qu’en juillet dernier, nous avons lancé une campagne de financement participatif pour assurer notre développement. L’engouement a été au rendez-vous car en six semaines, notre campagne a été financée à hauteur de de 23.694 euros. Nous avons senti un réel engouement pour notre concept. Cela nous a fait vraiment chaud au cœur.

Notre équipe est composée d’une cinquantaine de personnes qui travaillent quotidiennement à travers le monde (salariés, bénévoles, stagiaires).

Nous avons tous en moyenne entre 25 et 30 ans. Notre génération veut dessiner un autre monde plus fraternel et plus solidaire.

Indigo est à ce titre un projet qui peut sembler de prime abord provocateur mais il est animé d’une très belle énergie.

Nous sommes confiants. Nous espérons que la plateforme Indigo se diffusera en dehors de la France, à travers le monde, qu’elle créera une secousse positive.

Indigo ne veut pas abattre la société d’aujourd’hui, nous voulons juste ouvrir une nouvelle voie en proposant un système complémentaire. Cela peut paraître utopique. On pense le contraire. Vraiment.

 

 

Lien :

Site internet de la plateforme Indigo : http://indigo.world

 

Site association Coopérative Indigo : Le site de La Coopérative Indigo est actuellement en construction, il sera mis en ligne à la fin du mois de janvier.

INDIGO UNE JBN  

ANNE BOUQUET

 ANNE-WEB (2)

Journaliste depuis une vingtaine d’années en presse écrite, j’ai mené une vie professionnelle classique : salariée d’un quotidien régional, d’une revue économique, de différents hebdomadaires locaux…

Une vie passionnante où j’ai eu la chance de rencontrer beaucoup de monde.

Curieuse de nature, passionnée par la vie, j’ai mis par la suite mes passions au premier plan : ésotérisme, parapsychologie, techniques de bien-être, culture, littérature…

Aujourd’hui, je travaille en tant que journaliste free- lance, pour des sites internet et des agences de communication.

Et puis j’écris des livres pour de belles âmes…

L’écriture est une énergie. À nous de la faire voyager, librement.

 

MA CONTRIBUTION AU JDBN:

« Partout dans le monde, derrière le langage courant- et souvent déprimant des médias- des hommes et des femmes de bonne volonté, font jaillir la lumière dans tous les secteurs de notre société.
Regardons- les, écoutons-les. Prenons exemple.
Le JDBN porte ces valeurs. Je suis aujourd’hui ravie d’accompagner ce média qui nous porte vers le haut. »

Anne Bouquet.