C’est bien connu, tous les héros ne portent pas obligatoirement une cape.

La preuve ? Tous ces enfants nés avec une seule main ou un seul bras ont reçu gratuitement une prothèse personnalisée grâce au travail de deux types qui les conçoivent dans un petit atelier au fond d’un jardin dans la ville de Swansea, au Pays de Galles. Leurs noms ? Stephen Davies et Drew Murray qui oeuvrent sous le nom de Team Unlimbited (ndT Les Membres de l’équipe)

Des quatre coins du monde, les enfants choisissent les motifs et les couleurs de leurs prothèses et Davies et Murray s’occupent du reste !

Flexion du coude, serrer le poing… Extension, ouvrir la main…

Stephen Davies est ingénieur et papa. Il est lui-même né avec une seule main. Déçu de la prothèse bas de gamme que lui allouait la sécurité sociale britannique, il s’est mis à la recherche de quelque chose de plus adapté à ses besoins… C’est comme ça qu’il a rencontré Keynes, qui travaille comme bénévole dans une association qui réalise des prothèses. Ravi de sa nouvelle main, Davies a décidé de s’associer avec Keynes en vue d’améliorer leur conception. Team Unlimbited était lancé !

Le coût matériel de chaque prothèse représente environ 20€. Il faut 12 heures seulement pour réaliser une prothèse ! Toutes les prothèses sont intégralement financées par Team Unlimbited et ses donateurs.

La vidéo en anglais:

Traduit de l’anglais par Geraldine Guillier en exclusivité pour le Journal des Bonnes Nouvelles.

Géraldine exerce la profession de professeur d’anglais depuis 17 ans.

C’est une couverture car en réalité, elle est passionnée de mots, français et anglais.

Elle en lit, en écrit, en traduit et passe une grande partie de son temps à essayer de les faire swinguer à l’aide de son stylo.

Elle aime avoir les mains dans l’essence de térébenthine, les gravures de mode des années 20, les cheveux de son fils ou les poils de sa chienne et de son chat.

 

MA CONTRIBUTION AU JDBN

Je suis très fière d’apporter par la traduction un coup de main au JDBN, qui a le courage de nous montrer l’existence par le versant ensoleillé.

C’est une belle et élégante démarche.

« Ce n’est pas parce que la vie n’est pas élégante qu’il faut se conduire comme elle».

crédit photo: capture