20 Minutes publie…

La musique d’Un homme et une femme, le thème de Love Story et A bicyclette, c’était lui. A 86 ans, le compositeur Francis Lai, musicien attitré de Claude Lelouch, est décédé, laissant derrière lui ses mélodies à la fois simples et inoubliables.

C’est le maire de Nice, Christian Estrosi, qui a annoncé le décès de ce Niçois mercredi dans un communiqué, indiquant que la Ville allait lui rendre hommage : « je proposerai prochainement à sa famille de donner son nom à un lieu emblématique de notre cité ». « Nous partagions beaucoup de temps ensemble à Isola, où il avait une maison. Nous aimions nous retrouver le 15 août, au Hameau de Mollières au cœur du Parc National du Mercantour », poursuit Christian Estrosi.

 

« Dabadabada » puis « chabada-bada », repris plus de 200 fois

Autodidacte, né en avril 1932 de parents horticulteurs à Nice, Francis Lai a débuté sa carrière en tant qu’accordéoniste du poète et chanteur Bernard Dimey, avec qui il écrit des chansons pour le gratin de l’époque : Edith Piaf, Juliette Gréco ou encore Yves Montand. Pour Edith Piaf, il écrit sa première chanson, Le droit d’aimer.

Mais c’est sa rencontre avec le cinéaste Claude Lelouch deux ans plus tard en 1965 qui marquera un tournant dans sa carrière, grâce à un ami commun Pierre Barouh, celui qui écrira les paroles de « dabadabada ». Le mythique thème du film, qui se transforma au fil du temps en « chabada-bada », chanté par Nicole Croisille, a été repris plus de 200 fois.

Compositeur attitré de Lelouch

« La musique c’est quelque chose d’inexplicable. C’est un thème facile à mémoriser et c’est ce que cherchait Lelouch, un thème facile à mémoriser à la première écoute », confiait-il à l’AFP en janvier 2017, après le décès de son ami Pierre Barouh. « Ba da ba da ba da, c’est uniquement une allusion au jazz. On était tous mordus de jazz et ce ba da ba da ba, cette espèce d’onomatopée, a été la prolongation de ces strophes. C’est un peu devenu notre signature », estimait-il.

Compositeur attitré de Lelouch, il a écrit toutes les musiques de ses films Vivre pour vivre, Un homme qui me plaît, 13 jours en France, La vie, l’amour, la mort, Le voyou, L’aventure, c’est l’aventure, Itinéraire d’un enfant gâté… Il avait également récemment travaillé sur de nouveaux enregistrements pour la suite du film culte de Claude Lelouch, Un Homme et une Femme, actuellement en tournage.

C’est pour sa partition de Love Story qu’il recevra un Oscar en 1970. Le thème Where Do I Begin interprété par Andy Williams et Shirley Bassey est aussitôt repris par Mireille Mathieu (Une histoire d’amour).

 

Il a composé pour plus de 100 films et signé plus de 600 chansons

« Je suis très triste et je pense très fort à sa femme et ses enfants. Ses envolées de violons et ses « Chabadabada » vont me manquer mais résonneront éternellement comme une « Love Story » internationale », a réagi Mireille Mathieu, à qui il a écrit une quarantaine de chansons.

Le compositeur signera parallèlement des chansons pour Serge Reggiani, Dalida, Ella Fitzgerald, Nicoletta, Johnny Hallyday et le célèbre A Bicyclette (devenu La Bicyclette)pour Yves Montand. Il écrira en tout la musique de plus de 100 films et signera plus de 600 chansons. C’était l’un des derniers grands compositeurs de musique de films de sa génération, avec Michel Legrand et Vladimir Cosma.

« Avec seulement quelques notes, Francis Lai avait ce don de rendre de grands films plus beaux, plus bouleversants encore », a salué sur Twitter le ministre de la Culture Franck Riester.

« Il n’écrira plus de partitions. Ses mélodies avaient un charme fou ; et lui donc ! » a regretté de son côté l’ancien président du Festival de Cannes Gilles Jacob. « Son talent romanesque de la mélodie, sa timidité, son bon sourire et sa très profonde et réelle humanité », a salué de son côté Pierre Lescure, actuel président du festival.

Pour retrouver ses musiques mythiques, le JDBN vous recommande:

crédits photos: capture avec JDBN