Le bouillon d’onze heures est tout simplement une boisson empoisonnée. Au début, c’est-à-dire à l’époque médiévale, il s’agissait d’un bouillon chaud (ou d’une tisane brûlante) servi juste avant son sommeil à une personne qui le buvait avec confiance et qui allait mourir dans les minutes ou les heures suivantes. Le bouillon d’onze heures désignera ensuite tout breuvage auquel une main criminelle aura ajouté une poudre mortelle.

« Il n’est jusqu’aux fameux bouillons d’onze heures de feu la reine Catherine qui ne soient évoqués. »
Pierre Combescot,
Faut-il brûler la Galigaï ?.

De légumes, de poule ou de pot-au-feu, le bouillon, surtout l’hiver, est une délicieuse entrée. Mais on ne saurait oublier que le bouillon figurait au menu du sabbat des sorcières. Si chacune avait sa recette, la chair du crapaud était appréciée de toutes. Est-ce en souvenir de ces repas du diable qu’on appelait bouillons pointus les lavements administrés avec des clystères ?
Qui boit le bouillon ? Soit un nageur maladroit, soit un industriel qui a fait de mauvaises affaires, ou un financier, un boursicoteur, de mauvais placements.

Hep !
Quand mon émission Bouillon de culture commençait très tard, à vingt-trois heures, je ne pouvais pas ne pas penser au funeste bouillon d’onze heures…

Bernard Pivot

« Courir le guilledou », « Faire la sainte Nitouche », « En baver des ronds de chapeau », « Se monter le bourrichon », « En avoir sa claque », « Changer de crèmerie », « Laisser pisser le mérinos »… Nées pour la plupart de la verve populaire, les expressions ont de la couleur, de la saveur, de la tchatche, de l’humour, de la drôlerie, de la cruauté, de la sagesse, de la poésie. Pourtant, certaines vieillissent, passent de mode, paraissent de plus en plus énigmatiques. Pourquoi ne pas en sauver quelques-unes de l’oubli qui les menace comme j’avais réussi à redonner du tonus à certains mots ? Vous aussi, tirez de votre conversation ou de votre mémoire des expressions en voie de disparition. Rappelez-vous, amusez-vous, inventoriez, fi chez, employez, osez, étonnez, ayez de l’expressivité… En route, mauvaise troupe ! Fouette, cocher ! Et que ça saute ! B. P.

Lien d’achat

crédit photo: pixabay