L’empathie, ou l’aptitude à pouvoir ressentir les émotions d’une autre personne est une capacité considérée comme cruciale dans la vie quotidienne danoise. Enseigner l’empathie aux enfants contribuerait en effet à leur épanouissement futur.

Des collégiens déprimés et narcissiques

Une étude de l’Université du Michigan, réalisée sur environ 14 000 collégiens, démontre que ces derniers seraient aujourd’hui moins empathiques que durant les années 1980 et 1990.

Pour Michele Borba, psychologue spécialisée dans l’éducation, cette perte d’empathie serait couplée à un narcissisme quant à lui grandissant. Deux phénomènes qui, selon la chercheuse, permettraient d’expliquer pourquoi presque un tiers des collégiens est déprimé.

Une heure d’empathie par semaine, un ingrédient secret?

Et le Danemark semble prendre le phénomène très au sérieux, puisque que le pays le plus heureux du monde consacre, dans son programme d’études national, une heure par semaine pour développer l’empathie de ses élèves.

Une manière d’éduquer qui, selon l’écrivaine Jessica Alexander, contribuerait à rendre les enfants plus heureux, également dans leur future vie d’adulte, comme le rapporte le site d’information francophone LaPresse

L’empathie aussi importante que les mathématiques ou l’anglais

Ces cours d’empathie, qui s’adressent aux enfants et adolescents âgés entre 6 et 16 ans, visent surtout à créer une atmosphère où les jeunes se sentent à l’aise, et peuvent communiquer ensemble, par exemple pour trouver une solution à un problème éventuel. Tout en parlant et en écoutant leurs condisciples, les enfants ont même le droit de manger du gâteau, à condition qu’ils l’aient cuisiné ensemble. « C’est aussi important que les mathématiques ou l’anglais« , confie Jessica Alexander à LaPresse.

Cette pratique a été codifiée dans la loi danoise de 1993 relative à l’éducation, qui vise entre autres à enseigner aux enfants ce que sont les limites, l’empathie et la sexualité.

source: https://www.rtbf.be – crédit photo: pixabay